Découvrez le premier modèle virtuel espagnol qui gagne jusqu'à 10 000 euros par mois

Aitana López, le premier mannequin espagnol créé par l'IA.
Aitana López, le premier mannequin espagnol créé par l'IA. Tous droits réservés The Clueless Agency
Par Laura Llach
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Aitana, une exubérante Barcelonaise de 25 ans aux cheveux roses, reçoit chaque semaine des messages passionnés de nombreuses célébrités. Mais cette mannequin n'est pas réelle, elle a été créée par ses concepteurs à l'aide de l'IA.

PUBLICITÉ

Aitana, la première mannequin espagnole créée par l'intelligence artificielle, est née au milieu d'une période difficile.

Son créateur, Rubén Cruz, fondateur de l'agence The Clueless, traversait une mauvaise passe l'été dernier car il n'avait pas beaucoup de clients.

"Nous avons commencé à analyser notre façon de travailler et nous nous sommes rendu compte que de nombreux projets étaient suspendus ou annulés en raison de problèmes indépendants de notre volonté. Souvent, c'était la faute de l'influenceur ou du mannequin et non des problèmes de conception", explique-t-il à Euronews.

Ils ont donc décidé de créer leur propre influenceuse afin de l'utiliser comme modèle pour les marques qui les approchaient.

Ils ont ainsi créé Aitana, une jeune femme exubérante de 25 ans aux cheveux roses, originaire de Barcelone, dont l'apparence physique est proche de la perfection. Le mannequin virtuel peut gagner jusqu'à 10 000 € par mois, selon son créateur, mais la moyenne se situe autour de 3 000 €.

"Nous l'avons fait pour le bien de l'entreprise, pour ne pas avoir à dépendre d'autres personnes qui ont des egos, des manies ou qui cherchent simplement à gagner beaucoup d'argent en posant", explique Rubén Cruz.

Concepteurs travaillant sur les prochaines photos d'Aitana dans les locaux de l'agence
Concepteurs travaillant sur les prochaines photos d'Aitana dans les locaux de l'agenceThe Clueless Agency

Les revenus d'Aitana sont assez variables.

Elle gagne un peu plus de 1 000 € par publicité et est récemment devenue l'égérie de Big, une société de compléments alimentaires pour sportifs. Pour arrondir les fins de mois, elle publie également des photos d'elle en lingerie sur Fanvue, une plateforme similaire à OnlyFans.

En quelques mois, elle a réussi à gagner plus de 121 000 followers sur Instagram et ses photos reçoivent des milliers de vues et de réactions. Elle reçoit même des messages privés de célébrités pensant qu'il s'agit d'une personne réelle.

"Un jour, un célèbre acteur latino-américain lui a envoyé un texto pour lui proposer un rendez-vous. Cet acteur a environ 5 millions d'adeptes et certains membres de notre équipe ont regardé sa série télévisée lorsqu'ils étaient enfants", raconte Rubén Cruz.

"Il n'avait aucune idée qu'Aitana n'existait pas", ajoute-t-il.

Rubén Cruz et Diana Núñez, les créateurs d'Aitana, avec Sofía Novales, responsable des réseaux sociaux
Rubén Cruz et Diana Núñez, les créateurs d'Aitana, avec Sofía Novales, responsable des réseaux sociauxThe Clueless Agency

Comment donner vie à une IA ?

Chaque semaine, l'équipe de l'agence se réunit pour écrire la vie d'Aitana. Ils décident de ce qu'elle fera pendant la semaine, des endroits qu'elle visitera et des photos qui seront publiées pour satisfaire les adeptes qui veulent en savoir plus sur elle.

Mais il n'y a pas de séance photo, pas de changement de garde-robe, juste un mélange d'intelligence artificielle et d'experts en design qui utilisent Photoshop pour permettre au mannequin de passer le week-end à Madrid, par exemple.

"Le premier mois, nous nous sommes rendu compte que les gens suivent les vies, pas les images. Comme elle n'est pas vivante, nous devions lui donner une forme de réalité pour que les gens puissent s'identifier à elle dans une certaine mesureNous devions raconter une histoire", explique le graphiste.

C'est pourquoi Aitana, contrairement aux mannequins traditionnels dont la personnalité n'est généralement pas révélée afin qu'ils puissent servir de "toile vierge" aux concepteurs, a une "personnalité" très distincte.

Elle a été créée comme une passionnée de fitness, déterminée et au caractère complexe. Sur son site web, elle se définit comme extravertie et attentionnée.

"Aitana a fait l'objet d'une réflexion approfondie. Nous l'avons créée en nous basant sur ce que la société aime le plus. Nous avons réfléchi aux goûts, aux passe-temps et aux tendances qui ont été à la mode ces dernières années", explique Rubén Cruz.

Après avoir analysé les tendances, ils se sont rendu compte que la culture orientale s'était fortement européanisée ces dernières années. Ils ont donc essayé de traduire cette tendance par ses cheveux roses et son côté "gamer".

PUBLICITÉ

Le succès d'Aitana est tel que ses concepteurs ont déjà créé un deuxième modèle virtuel appelé Maia, "un peu plus timide". Les noms n'ont d'ailleurs pas été choisis au hasard, puisqu'ils contiennent tous deux l'acronyme d'intelligence artificielle (IA).

Images d'Aitana publiées sur les réseaux sociaux
Images d'Aitana publiées sur les réseaux sociauxEuronews

Démocratiser l'utilisation des mannequins virtuels ?

L'agence a été inondée de demandes de marques souhaitant avoir leur propre mannequin personnalisé.

"Elles veulent avoir une image qui n'est pas une personne réelle et qui représente les valeurs de leur marque, afin qu'il n'y ait pas de problème de continuité si elles doivent licencier quelqu'un ou si elles ne peuvent plus compter sur lui", explique Rubén Cruz.

Il y a également des économies à la clé. Lorsque l'agence, qui travaillait auparavant avec de vrais influenceurs, s'est rendu compte de ce qu'ils gagnaient, elle a trouvé cela "anormal".

"Kim Kardashian gagne un million d'euros pour une photo Instagram et elle ne guérit pas le cancer. Personne ne devrait gagner un million d'euros pour avoir publié une photo sur un réseau social, cela me semble absurde", déclare-t-il.

PUBLICITÉ

L'agence estime que cela pourrait contribuer à faire baisser les prix du marché et donner un coup de pouce aux petites entreprises qui n'ont pas les moyens de mener de grandes campagnes publicitaires.

Toutefois, l'initiative n'est pas exempte de critiques. Nombreux sont ceux qui craignent que la perfection irréaliste des mannequins ait un impact négatif sur la jeune génération, en les incitant à poursuivre cette perfection de manière obsessionnelle.

L'image hautement sexualisée des mannequins est également critiquée. L'agence répond qu'elle ne fait que suivre l'esthétique déjà créée par les vrais influenceurs et les marques elles-mêmes.

"Si nous ne suivons pas cette esthétique, les marques ne seront pas intéressées. Pour changer ce système, il faut changer la vision des marques. Le monde en général est sexualisé."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes : l'IA pourrait-elle être utilisée à des fins eurosceptiques ?

Qu'est-ce que le mal du cyberespace et comment le prévenir ?

OpenAI affirme que le New York Times a "piraté" ChatGPT