EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Alors que les températures continuent d'augmenter dans le monde entier, quelle est la limite que votre corps peut supporter ?

Un homme roule à vélo sur une petite route dans la banlieue de Francfort, en Allemagne, alors que le soleil se lève, le 9 juillet 2023\.
Un homme roule à vélo sur une petite route dans la banlieue de Francfort, en Allemagne, alors que le soleil se lève, le 9 juillet 2023\. Tous droits réservés AP Photo/Michael Probst, File
Tous droits réservés AP Photo/Michael Probst, File
Par Giulia Carbonaro
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les experts ont découvert que que la température maximale que les humains peuvent supporter se situe entre 40 et 50°C.

PUBLICITÉ

Alors que l'Europe a connu le mois de juin le plus chaud jamais enregistré au niveau mondial le mois dernier - et que des températures plus élevées sont encore attendues pour le reste de l'été - des experts ont découvert la température maximale que les humains peuvent supporter.

Selon une étude récente publiée par des chercheurs de l'université de Roehampton à Londres, le corps humain a une "température critique supérieure" qu'il peut tolérer en toute sécurité et qui se situe entre 40 et 50 degrés Celsius. Lorsque cette température est atteinte, notre corps subit un "stress thermique", un état qui provoque confusion, nausées, vertiges, maux de tête et évanouissements.

Les résultats de l'étude fournissent des informations cruciales pour nous protéger à l'heure où notre planète, et en particulier le continent européen, connaît des températures sans précédent.

"Les températures en Europe ont augmenté d'environ deux degrés par rapport aux conditions préindustrielles au cours des dernières décennies, ce qui représente environ le double de la moyenne mondiale", a déclaré à Euronews Next Matthew Patterson, assistant de recherche postdoctorale en physique du climat à l'Université d'Oxford.

"L'Europe est vraiment un hotspot du changement climatique et de l'augmentation des extrêmes de chaleur. Nous avons constaté une augmentation de la fréquence et de l'intensité des extrêmes de chaleur, et nous voyons de plus en plus de records de température chaque année en raison de cette tendance au réchauffement. Et cette tendance va se poursuivre à l'avenir, car nous continuons à émettre des gaz à effet de serre".

Comment les experts ont-ils trouvé la température limite de l'organisme ?

Le professeur Lewis Halsey, chercheur à la School of Life and Health Sciences Centre de l'université de Roehampton à Londres, et ses collègues n'ont pas eu à mettre en danger la sécurité de quiconque pour déterminer les limites de notre corps.

"Nous avons enregistré une augmentation du taux métabolique", a déclaré Lewis Halsey à propos de l'expérience menée en 2021 sur quatre hommes et trois femmes. Le taux métabolique mesure la quantité d'énergie que le corps humain consomme pour fonctionner.

Lorsqu'il fait chaud à l'extérieur, notre corps dispose de différents moyens pour se refroidir et abaisser sa température interne, notamment en transpirant et en évacuant le sang à la périphérie, près de la peau.

Lewis Halsey et ses collègues ont également constaté que lorsqu'il fait chaud, notre taux métabolique augmente, ce qui a pour effet d'accroître la température du corps. Mais le corps ne peut atteindre qu'une certaine température avant de commencer à dysfonctionner.

AP Photo/Manu Fernandez, File
Les scientifiques disent que les hautes températures l'été dernier pourraient avoir entraîné plus de 61 000 décès liés à la chaleur.AP Photo/Manu Fernandez, File

À partir de quelle température peut-on dire qu'il fait trop chaud ?

Selon Lewis Halsey, "chaque personne est différente" et la réaction à la chaleur peut varier considérablement en fonction de l'âge, du sexe et de l'état de santé. "Le taux métabolique de certaines personnes n'a pas augmenté à 40 degrés, alors qu'il l'a fait à 50 degrés", a-t-il déclaré. _"Le corps travaille beaucoup pour défendre sa température centrale, il n'aime pas qu'elle change. Si elle augmente d'un ou deux degrés, la plupart des gens n'en souffrent pas. (...)_Certains marathoniens ont été chronométrés avec une température centrale de 42 degrés, et cela est dû au fait qu'ils courent dans un environnement chaud."

Mais même les marathoniens commencent à souffrir à partir d'une température de 44 degrés, d'autres personnes ne sont pas aussi résistantes. Les bébés et les personnes âgées font partie des catégories les plus vulnérables à la chaleur extrême, car leur système cardiovasculaire ne réagit pas bien aux températures élevées.

Que se passe-t-il lorsque le corps a trop chaud ?

Lorsque votre corps a trop chaud, plusieurs réactions s'enchaînent, a déclaré Lewis Halsey, car la chaleur extrême peut faire augmenter votre température à un point tel qu'elle génère un dangereux effet en cascade qui peut conduire à des problèmes de santé et même à la mort.

"Les protéines du corps commencent à se dénaturer - elles cessent de fonctionner, et les impulsions nerveuses ne fonctionnent plus aussi bien. Le système nerveux est moins efficace, et il fait partie intégrante de l'organisme. Cela commencerait à affecter le cœur, car le cœur est un muscle en soi", a déclaré Lewis Halsey. "Si cela génère une arythmie [un rythme cardiaque anormal] et que le cœur ne pompe pas le sang aussi efficacement dans le corps parce qu'il est "désynchronisé"__, cela peut entraîner une baisse des niveaux d'oxygène. Si le niveau d'oxygène dans le cerveau n'est pas défendu, il y a un vrai problème".

Comment utiliser ces informations ?

Selon Lewis Halsey - qui, avec son équipe, travaille déjà sur des recherches complémentaires - l'étude "dresse un tableau de la façon dont le corps réagit au stress thermique, de sa capacité d'adaptation, des limites de ces adaptations et - point crucial - de la variabilité des réactions d'un individu à l'autre".

"Dans un monde qui se réchauffe, ces connaissances deviennent de plus en plus précieuses", a-t-il ajouté.

PUBLICITÉ
AP Photo/Bob Edme, File
Un agent de santé rafraîchit un résident d'une maison de retraite à Isturitz, dans le sud-ouest de la France, le 15 juin 2022.AP Photo/Bob Edme, File

Matthew Patterson partage cet avis, d'autant plus qu'il est probable que nous soyons confrontés à une hausse des températures dans un avenir proche, car les émissions continuent d'augmenter au lieu d'être réduites.

"Lorsque nous parlons de changement climatique, c'est surtout à l'homme que nous pensons", a-t-il déclaré. "Nous nous demandons si nous pouvons vivre sur une planète plus chaude d'un ou deux degrés que ce à quoi nous sommes habitués. Notre société est très bien adaptée au climat. Nous avons connu un climat relativement stable au cours des 10 000 dernières années."

Selon Matthew Patterson, en modifiant ce climat, nous rendons plus difficile le maintien de la vie humaine comme nous en avons l'habitude.

"Nous avons les moyens de mettre un terme à cette situation", a-t-il ajouté. "Nous devons cesser de brûler des combustibles fossiles et d'émettre des gaz à effet de serre. C'est en grande partie entre nos mains, mais nous devons faire le travail".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Impossible de compenser le manque de sommeil pendant le week-end, selon une étude

Vague de chaleur : en Roumanie, les températures atteignent 39 degrés

L'Allemagne va déployer plusieurs mesures contre les décès dus à la canicule