Un ver parasite extrait vivant du cerveau d'une patiente australienne de 64 ans

Photo Canberra Health Services via AP
Photo Canberra Health Services via AP Tous droits réservés Canberra Health Services/Canberra Health Services
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Première découverte d'un ver parasite dans le cerveau humain : une incroyable histoire médicale en Australie

PUBLICITÉ

Un ver rond, qui parasite généralement les serpents, a été découvert pour la première fois sur un être humain, extrait "vivant et se tortillant" du cerveau d'une Australienne lors d'une intervention chirurgicale, ont annoncé mardi des médecins australiens.

Les médecins ont découvert une "lésion atypique", grâce à un examen IRM, dans la partie frontale du cerveau de l'Australienne, âgée de 64 ans, qui souffrait de pertes de mémoire.

Un parasite atypique provenant du monde animal

Il s'agissait d'un Ophidascaris robertsi, un ver rond de huit centimètres qui, selon les chercheurs, est un parasite des kangourous et des pythons, en Australie. Il parasite des animaux dans d'autres régions du monde, mais il n'avait encore jamais été détecté sur un être humain.

"Il s'agit du tout premier cas humain d'Ophidascaris décrit dans le monde", a déclaré le docteur Sanjaya Senanayake, spécialiste des maladies infectieuses.

Un ver inconnu chez l'humain : une aventure médicale exceptionnelle

"À notre connaissance, c'est également le premier cas impliquant le cerveau d'une espèce de mammifère, humaine ou autre", a-t-il précisé.

Cette découverte a fait l'objet d'un article dans la revue "Emerging Infectious Diseases".

Les scientifiques pensent que l'Australienne a été parasitée par des plantes comestibles, probablement contaminées par des larves présentes dans des excréments de serpents.

Le parasite, dont la "structure en forme de fil" est apparue sur les scanners cérébraux, a ensuite été identifié grâce à des tests ADN.

Une menace émergente ? Possibilité de nouveaux cas à surveiller

"Il n'est jamais facile ni souhaitable d'être le premier à être malade de quoi que ce soit au monde", a ajouté le Dr Senanayake, "je ne saurais trop exprimer notre admiration pour cette femme, qui a fait preuve de patience et de courage tout au long de ce processus."

Selon le Dr Senanayake, il est "probable que d'autres cas soient identifiés à l'avenir".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un microbiome intestinal serait-il à l'origine des allergies infantiles les plus courantes ?

Le Parlement français a approuvé l'inscription de l'avortement dans la Constitution

En Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître