Stigmatiser les homosexuels pourrait aggraver l'importante épidémie de variole du singe au Congo

DOSSIER - Des flacons contenant des doses uniques du vaccin Jynneos contre la variole du singe sont visibles dans une glacière sur un site de vaccination, le 29 août 2022.
DOSSIER - Des flacons contenant des doses uniques du vaccin Jynneos contre la variole du singe sont visibles dans une glacière sur un site de vaccination, le 29 août 2022. Tous droits réservés AP Photo/Jeenah Moon, File
Par Associated Press
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Alors que le Congo fait face à sa plus importante épidémie de variole, les scientifiques avertissent que la discrimination à l'encontre des hommes gays et bisexuels sur le continent pourrait aggraver la situation.

PUBLICITÉ

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé pour la première fois en novembre que la variole, également connue sous le nom de variole du singe, se propageait par voie sexuelle au Congo.

Il s'agit là d'un changement important par rapport aux poussées précédentes, au cours desquelles le virus touchait principalement les personnes en contact avec des animaux malades.

Le virus Mpox est présent dans certaines régions d'Afrique centrale et occidentale depuis des décennies, mais ce n'est qu'en 2022 qu'il a été prouvé qu'il se propageait par voie sexuelle. La plupart des quelque 91 000 personnes infectées dans une centaine de pays cette année-là étaient des hommes homosexuels ou bisexuels.

Selon Dimie Ogoina, spécialiste des maladies infectieuses à l'université du Delta du Niger, au Nigeria, la réticence à signaler les symptômes pourrait faire basculer l'épidémie dans la clandestinité.

"Il se pourrait que l'homosexualité étant interdite par la loi dans la plupart des régions d'Afrique, de nombreuses personnes ne se manifestent pas si elles pensent avoir été infectées par le virus Mpox", confie Dimie Ogoina.

Il se peut que l'homosexualité étant interdite par la loi dans la plupart des régions d'Afrique, de nombreuses personnes ne se manifestent pas si elles pensent avoir été infectées par le virus Mpox.
Dimie Ogoina
Spécialiste des maladies infectieuses à l'Université du Delta du Niger

Les responsables de l'OMS ont déclaré avoir identifié les premiers cas de transmission sexuelle du type le plus grave de la variole au Congo au printemps dernier, peu après l'arrivée à Kinshasa, la capitale congolaise, d'un résident belge qui "s'est identifié comme un homme ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes". 

L'agence sanitaire des Nations unies a déclaré que cinq autres personnes ayant eu des contacts sexuels avec cet homme ont ensuite été infectées par la variole.

"Cela fait des années que nous sous-estimons le potentiel de transmission sexuelle du Mpox en Afrique", affirme Dimie Ogoina, qui, avec ses collègues, a signalé pour la première fois en 2019 que le Mpox pouvait se propager par voie sexuelle.

Les lacunes dans la surveillance font qu'il est difficile d'estimer le nombre de cas de variole liés aux rapports sexuels, ajoute-t-il. Toutefois, la plupart des cas de variole au Nigéria concernent des personnes qui n'ont aucun contact connu avec des animaux.

Au Congo, environ 13 350 cas suspects de variole, dont 607 décès, ont été recensés jusqu'à la fin du mois de novembre, et seulement 10 % des cas ont été confirmés par les laboratoires. Le nombre d'infections transmises par voie sexuelle n'est pas clairement établi. Selon l'OMS, environ 70 % des cas concernent des enfants de moins de 15 ans.

Lors d'un récent voyage au Congo pour évaluer l'épidémie, des représentants de l'OMS ont constaté que les agents de santé n'étaient "pas conscients" du fait que la variole pouvait se transmettre par voie sexuelle, ce qui a pu  provoquer le passage sous le radar de cas positifs. 

L'OMS a annoncé que les autorités sanitaires avaient confirmé la transmission sexuelle de la variole "entre partenaires masculins et simultanément par transmission hétérosexuelle" dans différentes parties du pays.

La variole provoque généralement des symptômes tels qu'une fièvre, une éruption cutanée, des lésions et des douleurs musculaires pendant une période pouvant aller jusqu'à un mois. Elle se transmet par contact étroit et la plupart des personnes se rétablissent sans avoir besoin de traitement médical.

Lors de la grande épidémie internationale de 2022, des programmes de vaccination de masse ont été mis en place dans certains pays, dont le Canada, la Grande-Bretagne et les États-Unis, et ont ciblé les personnes les plus à risque, à savoir les hommes homosexuels et bisexuels. Mais les experts estiment que cela ne fonctionnera probablement pas en Afrique pour plusieurs raisons, notamment la stigmatisation des communautés homosexuelles.

"Je ne pense pas que nous verrons en Afrique la même demande de vaccins qu'en Occident l'année dernière", affirme le Dr Boghuma Titanji, professeur adjoint en maladies infectieuses à la faculté de médecine de l'université Emory, à Atlanta.

Elle a ajouté que les hommes homosexuels et bisexuels les plus exposés au risque de contamination par le virus de la variole pourraient craindre de participer à un vaste programme de vaccination. Les pays devraient s'efforcer de trouver des moyens d'administrer les vaccins - s'ils sont disponibles - d'une manière qui ne les stigmatise pas, ajoute-t-elle. 

Le Dr Jean-Jacques Muyemba, directeur général de l'Institut national de recherche biomédicale du Congo, indique que deux provinces du Congo ont signalé des cas de transmission de la variole par voie sexuelle, ce qui est préoccupant.

"Il n'existe pas de vaccin homologué au Congo et il serait difficile d'obtenir suffisamment de vaccins pour un programme à grande échelle", précise Jean-Jacques Muyemba. Le pays essaie d'obtenir un vaccin japonais contre la variole, mais des problèmes de réglementation compliquent la situation, ajoute-t-il. 

PUBLICITÉ

Au niveau mondial, un seul vaccin a été autorisé contre la variole. Il est fabriqué par la société danoise Bavarian Nordic. Les stocks sont très limités et même s'ils étaient disponibles, ils devraient être approuvés par les pays africains qui les utilisent ou par l'OMS. À ce jour, le vaccin n'est disponible au Congo que par le biais de la recherche.

Oyewale Tomori, un expert nigérian des virus qui siège dans plusieurs conseils consultatifs de l'OMS, a déclaré que les gouvernements africains avaient probablement trop de priorités concurrentes pour demander à l'agence sanitaire des Nations unies ou aux donateurs de les aider à obtenir des vaccins.

"En Afrique, le Mpox est très probablement considéré comme une nuisance de faible priorité", affirme Oyewale Tomori.

Il souligne qu'une surveillance plus étroite, des réseaux de laboratoires et une meilleure disponibilité des fournitures de diagnostic seraient plus utiles au continent que les vaccins.

En l'absence d'efforts accrus pour stopper les épidémies en Afrique, Dimie Ogoina a prédit que le mpox continuerait à infecter de nouvelles populations, avertissant que la maladie pourrait également déclencher des épidémies dans d'autres pays, à l'instar de la situation d'urgence mondiale déclarée par l'OMS l'année dernière.

PUBLICITÉ

"Lorsque la pandémie de VIH a commencé, elle touchait les hommes homosexuels et bisexuels du Nord, et l'Afrique pensait que ce n'était pas son problème", confie-t-il. "Avant que nous ne nous en rendions compte, le virus est arrivé en Afrique, mais nous pensions toujours que les populations hétérosexuelles seraient protégées".

Les femmes en âge de procréer représentent aujourd'hui plus de 60 % des nouvelles infections par le VIH en Afrique.

"Je crains que la même chose ne se produise avec le Mpox", précise-t-il. "Si nous ne nous attaquons pas à ces épidémies en Afrique, le virus reviendra sans cesse".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le premier vaccin contre le virus Nipah dont le taux de mortalité est de 75 % mis à l'essai

Les infections au virus du Nil occidental en hausse en Europe

France : un virus hémorragique de type Ebola découvert pour la première fois chez des tiques