Le Viagra pourrait-il réduire le risque de maladie d'Alzheimer chez les hommes ?

Une nouvelle étude montre que les médicaments contre les troubles de l'érection, comme le Viagra, pourraient réduire le risque de maladie d'Alzheimer chez les hommes.
Une nouvelle étude montre que les médicaments contre les troubles de l'érection, comme le Viagra, pourraient réduire le risque de maladie d'Alzheimer chez les hommes. Tous droits réservés Canva
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Une nouvelle étude établit un lien entre les médicaments contre les troubles de l'érection et une réduction du risque de cette forme courante de démence.

PUBLICITÉ

Selon une nouvelle étude, les hommes à qui l'on a prescrit des médicaments contre la dysfonction érectile tels que le Viagra et le Cialis ont 18 % de risques en moins de développer la maladie d'Alzheimer.

Cette découverte permet d'espérer que ces médicaments pourraient être réaffectés à la prévention de cette forme courante de démence, mais d'autres essais cliniques sont nécessaires pour déterminer s'il existe réellement un lien de cause à effet.

La nouvelle étude britannique porte sur près de 270 000 hommes à qui on avait diagnostiqué des troubles de l'érection et qui n'avaient pas de problèmes cognitifs au début de l'étude.

Environ 55 % d'entre eux prenaient des médicaments tels que le sildénafil (Viagra), le tadalafil (Cialis), le vardénafil et l'avanafil, des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 qui agissent en dilatant les vaisseaux sanguins.

Publiée dans la revue Neurology, la recherche révèle que le lien entre les médicaments et la réduction du risque de maladie d'Alzheimer était plus important chez les personnes qui avaient les ordonnances les plus fréquentes.

"Bien que nous fassions des progrès avec les nouveaux traitements de la maladie d'Alzheimer - qui éliminent les plaques amyloïdes dans le cerveau des personnes aux premiers stades de la maladie - nous avons désespérément besoin de traitements qui peuvent prévenir ou retarder le développement de la maladie d'Alzheimer", déclare dans un communiqué le Dr Ruth Brauer, auteur principal de l'école de pharmacie de l'University College London.

"Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats, en savoir plus sur les avantages potentiels et les mécanismes de ces médicaments, et étudier le dosage optimal", ajoute-t-elle.

Nécessité d'un essai contrôlé avec les deux sexes

Les chercheurs suggèrent qu'un essai randomisé et contrôlé portant sur les deux sexes permettrait de confirmer l'existence d'un lien direct entre les médicaments et la réduction du risque de maladie d'Alzheimer.

La maladie d'Alzheimer est la forme la plus courante de démence et touche environ 7,8 millions de personnes dans l'Union européenne. Elle se caractérise par un déclin de la mémoire et des capacités de raisonnement.

Les médicaments contre les troubles de l'érection, tels que le Viagra, ont été initialement développés pour traiter l'hypertension et l'angine de poitrine. Selon les chercheurs, certaines études menées sur des animaux ont montré que ces médicaments pouvaient avoir des effets neuroprotecteurs.

Parmi les hommes de l'étude à qui l'on a prescrit des médicaments contre les troubles de l'érection, il y a eu 8,1 cas pour 10 000 personnes-années (une unité qui représente le nombre de participants à l'étude combiné à la durée pendant laquelle ils ont été observés).

En comparaison, parmi les hommes qui ne prenaient pas de médicaments, il y avait 9,7 cas pour 10 000 personnes-années.

L'âge moyen des participants au début de l'étude était de 58,5 ans et la durée médiane du suivi était de 5,1 ans.

Un lien controversé

Le Dr Ivan Koychev, chercheur clinique principal à l'Université d'Oxford et chercheur clinique à Dementias Platform UK, précise dans un communiqué que l'étude est d'une pertinence limitée en raison de "la difficulté d'établir des relations de cause à effet dans les études épidémiologiques".

Ivan Koychev, qui n'a pas été associé à l'étude, ajoute que ces types de médicaments contre la dysfonction érectile sont généralement pris en cas de besoin, et qu'il est donc difficile de déterminer la quantité et la fréquence à laquelle les hommes les prennent.

"Le lien avec la maladie d'Alzheimer en particulier est controversé, car on sait qu'une proportion significative des cas de démence diagnostiqués comme étant des cas d'Alzheimer présentent cliniquement des pathologies supplémentaires ou alternatives", déclare-t-il.

Mais comme la réaffectation de médicaments existants à la prévention de la démence est une "stratégie prometteuse", des essais cliniques pourraient bientôt montrer l'utilité de ces médicaments pour réduire le risque de maladie d'Alzheimer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une IA découvre les premiers nouveaux antibiotiques depuis plus de 60 ans

Vivre avec la maladie d'Alzheimer : le témoignage poignant d'un couple touché par la démence

Alzheimer : un 2e médicament prometteur, mais encore risqué pour les patients