La revalorisation du ticket restaurant permet au pays de sortir d'une pénurie de sang

AP
AP Tous droits réservés Manuel Valdes/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Somaya Aqad, Euronews,
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En échange de leur sang, les donneurs ont pour habitude de recevoir un carnet de 7 tickets restaurant. En janvier dernier, la valeur de ce dernier est passé de 13 à 56 euros.

PUBLICITÉ

Plus de trois mois se sont écoulés depuis l'augmentation de la valeur des tickets-repas, et les donneurs continuent de se présenter en grand nombre dans les centres de transfusion sanguine. Depuis le 1er janvier, date à laquelle le montant est passé à 280 lei, les centres ne désemplissent pas et les gens doivent attendre plusieurs heures pour donner leur sang. Dans tout le pays, les stocks de sang ont été reconstitués et il n'y a pas eu de pénurie comme les années précédentes.

Les stocks de sang en Roumanie ont atteint de nouveaux sommets grâce à une augmentation considérable de la valeur des tickets-repas accordés aux donneurs. En janvier, elle est passée de l'équivalent d'environ 13 euros par ticket à 56 euros. Les centres de don ne désemplissent pas et les gens font parfois la queue pendant des heures pour donner leur sang.  

Les volontaires sont encouragés à réserver sur des plateformes en ligne. Mais tout le monde ne les utilise pas. Et ils viennent dans les centres même par centaines en une journée.

Par rapport aux pénuries des années précédentes, la Roumanie déclare aujourd'hui que ses banques de sang sont pleines, après seulement les trois premiers mois de l'année. Le pays compte 42 sites de don et le ministère de la santé envisage  une réorganisation du système pour faire face à la demande de sang dans les hôpitaux et à l'afflux de donneurs.

Selon les données officielles,  425 000 personnes ont donné leur sang l'année dernière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NoComment : un centre de don du sang touché par un bombardement à Kharkiv

Don du sang : pour donner, les hommes homosexuels doivent s'abstenir 4 mois

Les Parisiens mobilisés pour le don du sang