EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La kétamine pourrait aider à combattre la dépression post-natale, selon une étude

Dans le cadre d'une nouvelle étude, de la kétamine a été administrée à de nouveaux parents pour prévenir la dépression post-partum.
Dans le cadre d'une nouvelle étude, de la kétamine a été administrée à de nouveaux parents pour prévenir la dépression post-partum. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Rory Elliott Armstrong
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Selon une nouvelle étude, une injection de faible dose d'eskétamine administrée juste après l'accouchement réduirait les épisodes de dépression post-partum.

PUBLICITÉ

La dépression chez les femmes enceintes pendant et peu après l'accouchement apparaît désormais comme un problème de santé mondial majeur.

Les professionnels de santé étudient actuellement de nouvelles approches thérapeutiques pour traiter les symptômes dépressifs chez les nouvelles mères, y compris l'utilisation de drogues psychédéliques dans le cadre d'une étude récemment publiée.

Des scientifiques chinois et américains ont réalisé une découverte prometteuse : une seule injection d'une faible dose d'eskétamine administrée immédiatement après l'accouchement semble réduire de manière significative les épisodes dépressifs majeurs chez les mères qui souffraient de dépression prénatale.

La nouvelle étude, publiée dans the BMJ la semaine dernière, met en lumière le potentiel de l'eskétamine, un dérivé de la kétamine couramment utilisé comme anesthésique et dans la gestion de la dépression, pour soulager la dépression post-partum.

Qu'est-ce que la dépression postnatale ?

La dépression postnatale, ou post-partum, touche environ une femme sur dix après l'accouchement.

Les personnes affectées éprouvent des sentiments intenses de tristesse, d'anxiété et d'épuisement qui commencent généralement deux ou trois jours après l'accouchement et peuvent durer des mois.

Les autres symptômes comprennent l'insomnie, la perte d'appétit, une irritabilité intense et des difficultés à s'attacher au bébé.

Dans de rares cas, un trouble extrême appelé psychose post-partum peut se développer.

Les traitements existants comprennent la thérapie par la parole ou les antidépresseurs traditionnels, mais leur effet peut prendre des semaines.

Une découverte médicale majeure

Dans le cadre de cette nouvelle étude, les scientifiques ont examiné 361 mères d'un âge moyen de 32 ans et qui n'avaient pas d'antécédents médicaux de dépression.

Celles qui souffraient d'une dépression prénatale ont reçu une seule injection à faible dose d'eskétamine peu de temps après l'accouchement de leur enfant.

Un flacon de kétamine, habituellement conservé dans une armoire fermée à clé, le 25 juillet 2018 à Chicago.
Un flacon de kétamine, habituellement conservé dans une armoire fermée à clé, le 25 juillet 2018 à Chicago.Teresa Crawford/Copyright 2018 The AP. Tous droits réservés.

L'étude en aveugle, contrôlée par placebo, a duré environ deux ans et s'est déroulée dans cinq hôpitaux en Chine.

Les chercheurs ont découvert que parmi les participantes présentant des symptômes dépressifs prénataux, celles qui avaient reçu de l'eskétamine avaient environ 75 % de chances en moins de connaître des épisodes dépressifs majeurs au bout de 42 jours, par rapport à leurs homologues.

Les participantes ont été divisées en deux groupes : l'un a reçu de l'eskétamine, tandis que l'autre a reçu une injection de placebo environ 40 minutes après l'accouchement.

"Extrêmement sûr, efficace et bon marché"

Pendant toute la durée de l'étude, les participantes ont été interrogées entre 18 et 30 heures après l'accouchement, le 7ème jour et à nouveau le 42ème jour.

À la fin de la période de 42 jours, seulement 6,7 % des mères ayant reçu de l'eskétamine avaient connu un épisode dépressif majeur, contre 25,4 % de celles ayant reçu des injections de placebo.

Certaines ont souffert d'effets secondaires tels que des vertiges et des troubles de la vision, mais ceux-ci se sont atténués en l'espace d'une journée.

"Cette dose unique d'eskétamine intraveineuse est extrêmement sûre, efficace et bon marché pour les femmes qui risquent de voir leur dépression s'aggraver après l'accouchement", déclare à Euronews Health le Dr Rupert McShane, professeur agrégé de psychiatrie à l'Université d'Oxford, qui n'a pas participé à l'étude.

PUBLICITÉ

"Le défi est maintenant de trouver le financement nécessaire au suivi afin de maximiser les bénéfices et de minimiser les risques", ajoute-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le stress au travail et un faible ratio efforts-récompenses augmentent les risques cardiovasculaires

La dépression touche davantage les habitants des banlieues pavillonnaires que les centres-villes

Mieux prendre en charge la dépression : l'appel de l'Association mondiale de la psychiatrie