EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Taxe de séjour : quels sont les pays où vous devrez payer pour entrer en 2024 ?

Ratchaprapa, Thaïlande
Ratchaprapa, Thaïlande Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Ruth Wright
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

De Venise à Bali, de nouvelles taxes sont mises en place pour tenter de lutter contre le surtourisme.

PUBLICITÉ

'Surtourisme' aurait pu être le mot de l'année 2023 dans l'industrie du voyage.

Les destinations les plus populaires du monde, comme Venise, Barcelone et la Nouvelle-Zélande, luttent pour maîtriser le nombre de visiteurs.

Les effets néfastes du surtourisme sont omniprésents. Les résidents locaux souffrent de l'inabordabilité des biens immobiliers en raison des locations de vacances, les autorités ont du mal à gérer les déchets laissés par les touristes, et la pollution contribue à la crise climatique.

Pour limiter l'afflux de touristes, de nombreuses destinations misent sur la taxe de séjour : des frais que les visiteurs doivent payer en plus des dépenses habituelles telles que l'hébergement et la nourriture.

Il ne s'agit pas d'un concept nouveau, bien sûr. Si vous avez déjà voyagé à l'étranger, vous avez probablement déjà payé une taxe de séjour. Vous ne l'avez peut-être même jamais remarquée, car elle est parfois incluse dans les billets d'avion ou dans les taxes que vous payez à l'hôtel.

Découvrez avec nous les pays et les villes qui ont introduit des taxes de séjour en 2023 et ceux qui le feront en 2024.

Barcelone augmente (à nouveau) sa taxe de séjour en 2024

En 2022, les autorités de la ville ont annoncé que la taxe de séjour deBarcelonesera augmentée au cours des deux prochaines années.

Depuis 2012, les visiteurs de la capitale catalane doivent payer à la fois la taxe de séjour régionale et un supplément pour l'ensemble de la ville.

Le 1er avril 2023, les autorités de la ville ont augmenté la taxe municipale à 2,75 €. Une deuxième augmentation aura lieu le 1er avril 2024, lorsque la taxe passera à 3,25 €.

La taxe s'applique aux visiteurs séjournant dans des hébergements touristiques officiels.

Le conseil municipal a déclaré que les recettes seront utilisées pour financer l'infrastructure de la ville, notamment l'amélioration des routes, des services de bus et des escalators.

Valence imposera une taxe de séjour en 2024

Valence introduira une taxe de séjour pour les voyageurs séjournant dans tous les types d'hébergement de la région, y compris les hôtels, les auberges de jeunesse, les appartements et les campings.

Officiellement appelée "taxe valencienne sur les séjours touristiques", elle entrera en vigueur en 2024, bien que la date exacte n'ait pas encore été annoncée.

Les visiteurs devront payer entre 50 centimes et 2 € par nuit, en fonction de l'hébergement choisi, pour une durée maximale de sept nuits. Les touristes en croisière paieront 1,50 € par jour.

Les autorités affirment que la taxe servira à financer le développement durable du secteur touristique de la région. Les recettes serviront également à fournir des logements plus abordables aux habitants des hauts lieux du tourisme.

Olhão, au Portugal, a introduit une taxe de séjour en 2023

Olhão, une ville de pêche portugaise très prisée des touristes, a commencé à faire payer aux visiteurs une taxe de 2 € par nuit entre avril et octobre.

La taxe est ramenée à 1 € entre novembre et mars. Elle ne s'appliquera pas aux enfants de moins de 16 ans et sera plafonnée à cinq nuits - soit un maximum de 10 € - par voyage.

Selon les autorités locales, cette taxe est utilisée pour minimiser l'impact du tourisme sur les villes de l'Algarve, notamment en améliorant la propreté et la sécurité.

PUBLICITÉ

Deux des 16 municipalités de l'Algarve perçoivent déjà une taxe de séjour : Faro (1,5 € par nuit jusqu'à sept nuits entre mars et octobre) et Vila Real de Santo António (1 € par jour jusqu'à sept jours).

Bali : la taxe de séjour sera introduite en février 2024

En Idonésie, connue comme la Terre des Dieux, Bali attire des visiteurs du monde entier pour ses plages, ses îles et sa culture spirituelle.

Bali, Indonésie
Bali, IndonésieCanva

Mais le tourisme est aussi synonyme de problèmes et Bali espère en résoudre quelques-uns grâce à une nouvelle taxe à payer pour entrer dans le pays.

À partir du 14 février 2024, les arrivants internationaux et nationaux devront s'acquitter d'une taxe de 150 000 IDR (8,80 €). Cette taxe devra être payée à des guichets spéciaux à l'aéroport international Ngurah Rai de Bali. Les autorités ont promis que la procédure prendrait moins de 30 secondes.

Elles ont précisé que les recettes seront affectées à des projets visant à "préserver l'environnement, la nature et la culture, ainsi qu'à améliorer la qualité" de Bali.

PUBLICITÉ

Taxe de séjour à Venise : quand les visiteurs devront-ils payer pour entrer en 2024 ?

La taxe de séjour de Venise a fait l'objet de nombreux débats et retards. La ville est l'une des plus fréquentées d'Europe, ce qui oblige les habitants à quitter les rues étroites et encombrées du centre-ville.

Il est désormais confirmé que la ville lagunaire appliquera un droit d'entrée pendant une partie de l'année 2024.

Les visiteurs devront s'acquitter d'un droit d'entrée de 5 € pour les week-ends de pointe et les autres jours entre avril et mi-juillet, soit 29 jours au total.

Le droit d'entrée pour les visiteurs d'un jour sera en vigueur pendant les heures de pointe (de 8 h 30 à 16 heures), ce qui signifie que les visiteurs qui viennent à Venise pour dîner ou assister à un concert n'auront pas à payer.

Le droit d'entrée vise à réduire les foules, à encourager les visites plus longues et à améliorer la qualité de vie des résidents.

PUBLICITÉ

Le produit des droits d'entrée servira à financer des services qui aident les habitants de la ville, comme l'entretien, le nettoyage et la réduction du coût de la vie.

La Thaïlande va-t-elle introduire une taxe touristique en 2024 ?

En 2022, la rumeur courait qu'une taxe de séjour serait introduite en juin 2023. Cela n'a pas eu lieu, et l'échéance suivante d'octobre n'a pas eu lieu non plus. Et aucun projet n'a été confirmé pour 2024.

Les compagnies aériennes et les organismes qui les représentent auraient contesté la taxe.

Lors de la première rumeur, il avait été dit que la taxe serait de 300 bahts (8 €).

En 2022, le gouverneur de l'Autorité du tourisme de Thaïlande a déclaré à l'agence de presse Reuters qu'une partie de la taxe "sera utilisée pour prendre soin des touristes", car l'assurance maladie ne les couvre pas toujours. Elle permettra également de financer le développement d'autres attractions touristiques, telles que le Grand Palais de Bangkok.

PUBLICITÉ

Voici tous les pays où vous devez déjà payer une taxe de séjour pour entrer

De nombreux pays ont déjà mis en place une taxe de séjour, pour diverses raisons.

Pour certains, il s'agit de limiter le nombre de touristes et d'éviter le surtourisme. Pour d'autres, il s'agit en quelque sorte d'une taxe de durabilité sur chaque visiteur. L'argent de ces taxes sert à entretenir les installations touristiques et à protéger les ressources naturelles.

Le drapeau de l'Union européenne
Le drapeau de l'Union européenneCanva

Autriche

En Autriche, vous devez payer une taxe sur les nuitées, qui varie en fonction de la province dans laquelle vous vous trouvez. À Vienne ou à Salzbourg, vous paierez un supplément de 3,02 % sur la note d'hôtel par personne.

La taxe sur le tourisme est également connue sous le nom de Tourismusgesetz et Berherbergungsbeiträge.

Belgique

En Belgique, la taxe de séjour s'applique également à l'hébergement, pour chaque nuit passée sur place.

PUBLICITÉ

La taxe est parfois incluse dans le prix de la chambre d'hôtel, mais certains la séparent et en font une charge supplémentaire, vous devez donc vérifier votre facture attentivement.

Anvers et Bruges appliquent un tarif par chambre. À Bruxelles, le tarif varie en fonction de la taille et de la classification de l'hôtel.

En général, il est d'environ 7,50 €.

Bhoutan

Alors que les taxes touristiques de la plupart des pays sont inférieures à 20 €, celles du Bhoutan sont très élevées en comparaison.

Le tarif minimum pour la plupart des étrangers est de 250 $ (228 €) par personne et par jour en haute saison et un peu moins en basse saison.

PUBLICITÉ

Mais ce montant couvre beaucoup de choses, notamment l'hébergement, le transport dans le pays, les services d'un guide, la nourriture et les droits d'entrée.

Bulgarie

La Bulgarie applique une taxe touristique sur les nuitées.

Elle est très faible et varie en fonction de la région et de la classification de l'hôtel - jusqu'à environ 1,50 €.

Plovdiv, Bulgarie
Plovdiv, BulgarieCanva

Caraïbes

Dans la plupart des îles des Caraïbes, la taxe de séjour est ajoutée au prix de l'hôtel ou à la taxe de départ.

Ces droits vont de 13 € aux Bahamas à 45 € à Antigua-et-Barbuda.

PUBLICITÉ

Croatie

La Croatie a augmenté sa taxe de séjour en 2019. Cette augmentation ne s'applique toutefois qu'à la haute saison, en été.

Les visiteurs paient environ 10 kuna (1,33 €) par personne et par nuit.

République tchèque

En République tchèque, la taxe de séjour ne s'applique qu'à la capitale, Prague.

Elle est très faible (moins de 1 €) et est payée par personne et par nuit, jusqu'à 60 nuits. La taxe ne s'applique pas aux mineurs.

France : augmentation de la taxe de séjour à Paris en vue des Jeux olympiques de 2024

Il existe bien une "taxe de séjour" à payer en France. Elle est ajoutée à votre facture d'hôtel et varie en fonction de la ville où vous vous trouvez.

PUBLICITÉ

Les tarifs varient de 0,20 € à environ 4 € par personne et par nuit.

Les hauts lieux du tourisme, comme Paris et Lyon, utilisent cet argent pour entretenir les infrastructures touristiques.

En prévision des Jeux olympiques de 2024, la taxe de séjour sur les chambres d'hôtel a augmenté de 200 % à partir de janvier 2024.

Selon le type d'hébergement, la taxe varie de 0,75 € à 15 € par nuit.

Paris, France
Paris, FranceCanva

Allemagne

L'Allemagne applique ce qu'elle appelle une "taxe culturelle" ("kulturförderabgabe"), ainsi qu'une "taxe sur les lits" (bettensteuer), dans des villes telles que Francfort, Hambourg et Berlin.

PUBLICITÉ

Cette taxe représente environ 5 % de la note d'hôtel.

Grèce

La taxe de séjour en Grèce est basée sur le nombre d'étoiles de l'hôtel ou le nombre de chambres que vous louez. Elle peut aller jusqu'à 4 € par chambre.

Elle a été introduite par le ministère grec du tourisme pour aider à réduire la dette du pays.

Hongrie

En Hongrie, les taxes touristiques ne s'appliquent qu'à Budapest.

Les voyageurs doivent payer un supplément de 4 % par nuit en fonction du prix de leur chambre.

PUBLICITÉ

Italie

Les taxes de séjour en Italie dépendent de l'endroit où vous vous trouvez. En Sicile, les taxes varient de 1 à 3 € par nuit.

À Rome, elles vont de 3 à 7 € par nuit, selon le type de chambre, mais certaines villes plus petites pratiquent des tarifs plus élevés.

Japon

Au Japon, elle prend la forme d'une taxe de départ. Les visiteurs paient 1 000 yens (environ 8 €) lorsqu'ils quittent le pays.

Le site officiel du tourisme affirme que cette petite taxe fait "une différence significative" pour l'économie.

Malaisie

La taxe de séjour malaisienne est forfaitaire et s'applique à chaque nuitée.

PUBLICITÉ

Elle ne dépasse pas 4 € par nuit.

Nouvelle-Zélande

De nombreux touristes, personnes en vacances-travail et certains étudiants et travailleurs se rendant en Nouvelle-Zélande doivent payer une taxe internationale sur la conservation des visiteurs et le tourisme (International Visitor Conservation and Tourism Levy - IVL) à leur arrivée.

Les personnes en provenance d'Australie en sont toutefois exemptées.

La taxe s'élève à 35 dollars néo-zélandais, soit environ 21 €.

Nouvelle-Zélande
Nouvelle-ZélandeCanva

Pays-Bas

Les Pays-Bas ont une taxe de séjour terrestre et une taxe de séjour aquatique.

PUBLICITÉ

À Amsterdam, cette taxe s'élève actuellement à 7 % du prix d'une chambre d'hôtel. Elle est appelée "toeristenbelasting".

En 2024, elle passera à 12,5 %, ce qui en fera la taxe de séjour la plus élevée d'Europe. Elle s'appliquera aussi bien aux croisiéristes qu'aux touristes de passage.

Portugal

La taxe de séjour portugaise, peu élevée, est payée par personne et par nuit et ne s'applique qu'aux visiteurs âgés de 13 ans et plus.

Elle s'élève à environ 2 € et s'applique actuellement dans 13 des 308 municipalités du Portugal, dont les villes de Porto, Lisbonne et Faro.

Vous ne devez la payer que pendant les sept premiers jours de votre séjour.

PUBLICITÉ

Slovénie

La taxe de séjour en Slovénie varie en fonction de la situation géographique et de la catégorie de l'hôtel.

Elle est légèrement plus élevée dans les grandes villes et les stations balnéaires, dont Ljubljana et Bled - environ 3 €.

Espagne

Si vous vous rendez à Ibiza ou à Majorque, vous devrez payer une taxe de séjour.

La taxe de séjour durable, qui s'applique aux logements de vacances dans les îles Baléares (Majorque, Minorque, Ibiza, Formentera), s'applique également à tous les vacanciers âgés de 16 ans ou plus.

En haute saison, la taxe peut atteindre 4 € par nuit.

PUBLICITÉ
Madrid, Espagne
Madrid, EspagneCanva

Suisse

La taxe de séjour en Suisse varie en fonction du lieu. Elle est calculée par nuit et par personne et s'élève à environ 2,20 €.

Les offres d'hébergement n'incluent généralement pas la taxe de séjour - elle est indiquée comme un montant séparé, ce qui permet de mieux la contrôler.

Elle ne s'applique qu'aux séjours de moins de 40 jours.

États-Unis

Dans la plupart des états, les voyageurs qui louent un logement doivent s'acquitter d'une taxe hôtelière ou d'une taxe d'hébergement. Elle est également appelée taxe d'occupation.

Ces taxes s'appliquent aux hôtels, aux motels et aux auberges de jeunesse. C'est à Houston que le taux est le plus élevé, avec une taxe de 17 % sur la note d'hôtel.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Aurores boréales, saunas et grottes de glace : voyager dans le nord en hiver peut être magique

Le voyage vert de l'industrie des croisières : Un avenir durable en haute mer

"Mauvais pour le tourisme" : le nouveau système d'entrée/sortie de l'UE risque-t-il d'être à nouveau retardé ?