EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Saint-Jacques-de-Compostelle veut instaurer une taxe de séjour pour éviter le "tourisme sauvage".

La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle est la destination du célèbre pèlerinage du Camino de Santiago.
La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle est la destination du célèbre pèlerinage du Camino de Santiago. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Angela Symons (adapté de l'anglais)
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

"Je veux que Saint-Jacques-de-Compostelle cesse d'être une simple destination touristique et un parc à thème", déclare le maire.

PUBLICITÉ

Saint-Jacques-de-Compostelle, destination finale du célèbre pèlerinage espagnol du Camino de Santiago, souhaite instaurer une taxe de séjour pour réduire la surpopulation.

Cette destination populaire de la communauté autonome de Galice, au nord-ouest de l'Espagne, a accueilli près de 440 000 pèlerins en 2022. Ces dernières années, ils étaient environ 300 000.

Les marcheurs empruntent un large éventail de chemins de pèlerinage partant d'Espagne, de France et du Portugal et aboutissent à la cathédrale du IXe siècle de la ville. Pour les chrétiens, la basilique romane est considérée comme le lieu de sépulture de Saint Jacques le Majeur, l'un des apôtres.

Goretti Sanmartín, du Bloc nationaliste galicien (BNG), a prêté serment le mois dernier en tant que première femme maire de la ville, annonçant son intention de promouvoir le tourisme durable et de faire de Saint-Jacques-de-Compostelle un lieu de vie plus agréable pour les habitants, selon l'agence de presse espagnole Europa Press.

Quel sera le montant de la taxe de séjour ?

L'idée d'une taxe de séjour a été présentée aux hôteliers par l'ancien maire de Saint-Jacques-de-Compostelle, Xosé Sánchez Bugallo, en avril dernier, selon la radio espagnole La Cadena SER.

Une taxe régionale qui pourrait être introduite en 2025 a été proposée. Elle serait facturée par les hôtels sous la forme d'une redevance nocturne et devrait coûter entre 0,50 et 2,50 euros en fonction du type d'hébergement. Une taxe qui pourrait rapporter entre 2,5 et 3 millions d'euros par an à Santiago, ce qui permettrait d'entretenir le centre historique de la ville.

Goretti Sanmartín a de nouveau évoqué cette idée dans son discours d'investiture, dans lequel elle a présenté des plans pour un "tourisme conscient" dans la ville.

"Je veux que cette municipalité cesse d'être une simple destination touristique et un parc à thème", a-t-elle déclaré. "Je veux un Santiago qu'il n'est pas nécessaire de fuir en raison d'un tourisme incontrôlé. Nous aspirons à jouir d'un secteur touristique riche et prospère, mais aussi d'une ville confortable et respirable", ajoutant que la sécurisation des logements pour les habitants serait également une priorité.

L'entrée de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle reste gratuite, mais les visiteurs doivent s'acquitter d'une taxe de 12 euros pour accéder aux musées, à la tour et au cloître.

Dans quels autres régions d'Espagne les taxes de séjour sont-elles appliquées ?

Les taxes de séjour ne sont pas un concept nouveau en Espagne. Barcelone a introduit une taxe en 2012, qui n'a cessé d'augmenter depuis. En avril 2024, elle passera à 3,25 euros par nuit.

Valence prévoit également d'introduire une taxe de séjour dans le courant de l'année prochaine, d'un montant compris entre 0,50 et 2 euros, afin de contribuer au tourisme durable.

Les logements de vacances des îles Baléares (Majorque, Minorque, Ibiza, Formentera) sont également soumis à une taxe, qui peut atteindre 4 euros par nuit en haute saison.

Sources additionnelles • (adapté de l'anglais)

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un tunnel sous-marin entre le Danemark et l'Allemagne : 7 minutes en train au lieu de 45 sur un ferry

En Sicile, les maisons mises aux enchères à quelques euros font leur retour

"Mauvais pour le tourisme" : le nouveau système d'entrée/sortie de l'UE risque-t-il d'être à nouveau retardé ?