DERNIERE MINUTE

Les Irlandais tentés par l'émigration

Les Irlandais tentés par l'émigration
Taille du texte Aa Aa

L’Irlande est le premier pays de la zone euro a entrer officiellement en récession en septembre 2008,suite à l‘éclatement de la bulle immobilière. Un coup de frein à l’insolente croissance du Tigre Celte, 6% en 2007.

En trente ans, ce pays pauvre et agricole est devenu l’une des économies les plus prospères et dynamiques d’Europe. Revenu par tête d’habitant dépassant l’Allemagne et le Royaume Uni, smic horaire à 8,65 euros, l’un des plus élevé d’Europe…. L’une des clés de ce miracle: la compétitivité fiscale pour attirer les multinationales américaines. L’emblème, l’impôt sur les sociétés à 12.5%. Il a rapporté près de 4 milliards en 2009, 3,1 milliards prévus pour 2010, soit 10% des revenus du gouvernement.

Mais ce libéralisme économique s’efface fin 2008 lorsque l’Etat doit venir à la recousse des banques infestées de produits toxiques, notamment l’Anglo Irish Bank qui est nationalisée. Les quelque 50 milliards d’euros destinés aux banques vont propulser le déficit budgétaire à 32% du PIB.

Le gouvernement doit prendre des mesures d’austérité, notamment lors du budget voté en décembre 2009.

Les salaires des fonctionnaires sont coupés de 5% à 15%, une économie d’un milliard d’euros .

Les indemnités chômage sont coupées elles de 4%: soit une économie de 660 millions d’euros.

Avec un chômage à 14% et la machine économique grippée, les irlandais commencent à ne voir d’autre issue que l‘émigration.

“Oh, je songe à émigrer, je crois qu’en Australie, au Canada, il y a plus de possibilités, plus de travail, C’est sûrement mieux à long terme…” estime Gerry Kitterick, ouvrier en bâtiment.

L’angoisse du lendemain et les difficultés touchent aussi les travailleurs plus qualifiés, comme cette chercheuse, Sophia Millington-Ward : “Environ 40 pourcent des gens dans mon secteur, la recherche génétique, connaissent des difficultés, ils cherchent ailleurs et vont partir..” dit-elle.

On estime que 5000 personnes quittent l’Irlande chaque mois pour aller travailler ailleurs. Un retour en arrière amer pour ce pays marqué par un passé d‘émigration de masse.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.