PUBLICITÉ

Préserver les cultures indigènes

Préserver les cultures indigènes
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Elle est peu nombreuse et menacée de perdre son identité culturelle. La population indigène représente seulement 5% de la population mondiale.

Tout au long de l’histoire, des peuples indigènes ont dû faire face à tout un tas d’obstacles pour préserver leur culture.

Cette semaine nous nous intéressons à des projets éducatifs dont l’objectif est de préserver les langues et les traditions indigènes. Direction la Nouvelle-Zélande, la Bolivie et l’Ethiopie.

Nouvelle-Zélande: immersion dans une école maori

En Nouvelle-Zélande, la transmission orale et écrite des chants ancestraux est la meilleure manière de préserver la culture indigène.C’est ce que propose l’une des plus anciennes écoles de culture maori.

Les jeunes générations apprennent le maori, son histoire. Objectif: garder des liens très forts avec leurs origines.

www.raeburnhouse.org.nz

Bolivie : l’héritage inca

En Bolivie, la colonisation européenne a laissé son empreinte sur le patrimoine culturel des peuples autochtones. Pour eux l’accès à l‘éducation, en particulier l’université est très limité. Aujourd’hui, il existe trois universités indigènes en Bolivie qui suivent des principes philosopiques et d’organistion basés sur la culture précolombienne.

www.katari.org

mediamentor-circumpolar.blogspot.com

www.in-hec.org

Ethiopie: l‘école de la nature

La nature a toujours tenu une place importante dans les cultures indigènes en Ethiopie. Pour préserver les traditions de grandes valeurs, le savoir des anciens est transmis à de jeunes citadins via une ONG . Au contact de la nature, les élèves sont encouragés à se reconnecter avec leur culture.

www.melca-ethiopia.org

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire

A Sukachi, les enfants sont toujours traumatisés par le conflit

Nouvel an : La Nouvelle-Zélande a été l'un des premiers pays à accueillir 2024