Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Jeux de Sotchi : sur Twitter, une avalanche de problèmes

Jeux de Sotchi : sur Twitter, une avalanche de problèmes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des journalistes étrangers venus à Sotchi pour couvrir les JO ont découvert de nombreux problèmes d’infrastructures : hôtels à peine finis, plomberie défaillantes, etc., Et ce à quelque jours de la cérémonie d’ouverture et malgré un coût total estimé à 37 milliards d’euros.

Perplexes, les reporters ont partagé ces découvertes avec le monde, utilisant Twitter et le hashtag #SochiProblems.

En voici une sélection :

Traduction : “Athlètes paralympiques, nous vous avons fait une rampe pour… oh laissez-tombez.”

Traduction : “Oh, le karma de la poignée de porte. Mes excuses, Sotchi”.

Traduction : “[Le journaliste]@HarryCNN n’ayant pas de bol à Sotchi.”

Traduction : “Pas de chasse d’eau. Je dois jouer au basketball avec du papier toilette usagé.”

Traduction : “Nous torturons vos entrailles avec des toilettes complexes.”

Traduction : “Amis journalistes : un collègue a perdu la clé de sa chambre d’hôtel. L’hôtel n’a pas de copie. Donc, au lieu de lui donner une nouvelle clé, ils ont enlevé toute sa porte.”

Traduction : “Mon hôtel n’a pas l’eau courante. Si elle est remise, la réception me prévient : ‘Ne vous lavez pas le visage avec, car elle contient quelque chose de très dangereux’.”

Traduction : “L’eau a été remise. Il faut voir le bon côté des choses, je sais désormais ce à quoi ressemble de l’eau très dangereuse pour le visage.”

Traduction : “Toujours dans le bon côté des choses : je viens juste de me laver le visage avec de l’Evian, comme si j‘étais une sorte de Kardashian.”

Traduction : “La réception de notre hôtel n’a pas de plafond. Mais elle a cette image accueillante.”