A Vienne, Moscou veut inviter l'opposition syrienne au ballet diplomatique

A Vienne, Moscou veut inviter l'opposition syrienne au ballet diplomatique
Par Laurence Alexandrowicz avec Daleen Hassan, euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie veut que l'opposition syrienne participe aux discussions diplomatiques. L'Iran participe pour la première fois à cette réunion internationale sur la Syrie.

PUBLICITÉ

Régler la crise syrienne, c’est l’objectif que s’est donnée la communauté internationale réunie en Autriche. L’espoir d’une solution ici à Vienne est bien maigre. Même si pour la première fois, l’Iran est invité à ces discussions. L’Iran, soutien du régime de Bachar al-Assad, face à un Laurent Fabius qui réclame le départ du président syrien.

“Il faut lutter encore plus efficacement contre les terroristes de Daesh et Jahbat al-Nosra, insiste le chef de la diplomatie française. Ensuite il faut organiser la transition politique et bien évidemment Monsieur Bashar al-Assad qui est responsable d’une grande partie du drame syrien ne peut pas être considéré comme étant l’avenir de la Syrie”.

Ce matin la Russie réclamait que l’armée syrienne libre, et les Kurdes participent à ces discussions. La guerre civile a fait plus de 250.000 morts depuis 2011. “La réunion de Vienne a commencé avec un optimisme modeste, constate Daleen Hassan notre correspondante sur place, et tous les acteurs régionaux et internationaux sont invités, mais pas les Syriens. Alors la question désormais, c’est de savoir si une feuille de route pour une solution pacifique en Syrie pourra sortir de cette réunion, ou bien si ce sera comme les meetings précédents, qui n’ont pas éte capables de faire cesser le bain de sang depuis quatre ans”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : l'Ukraine déboutée par la CIJ

Équateur: des dizaines d'arrestations après une tentative d'assaut dans un hôpital

L'Iran frappe le Nord de l'Irak et le Nord de la Syrie