EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

87 morts au Burundi dans un climat insurrectionnel

87 morts au Burundi dans un climat insurrectionnel
Tous droits réservés 
Par Cecile Mathy avec AGENCES
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Près de 90 morts après une nouvelle flambée de violences au Burundi. L'armée parle de victoire sur les rebelles, alors que des habitants de la capitale dénoncent une répression aveugle.

PUBLICITÉ

Attention ces images peuvent choquer : elles viennent du Burundi où des dizaines de corps ont été retrouvés dans les rues de la capitale ce samedi.

D’après l’armée, il s’agit de rebelles ayant attaqué trois camps militaires ce vendredi. Il y aurait au total 87 morts, dont huit du côté des forces de l’ordre.

Mais pour certains habitants de Bujumbura, comme cette femme qui vit dans le quartier de Nyakabiga, il s’agit au contraire d’une répression aveugle des partisans du président Nkurunziza contre l’opposition.

“J’ai vu des policiers qui demandaient à un groupe d’hommes de s’arrêter. Les hommes ont eu peur et se sont mis à courir, les policiers leur ont alors tiré dessus. A ce moment-là, notre fils a essayé de fermer la porte. Les soldats l’ont repéré, et lui ont tiré dessus, raconte-t-elle.

Une centaine d ‘armes a également été saisie, a annoncé l’armée, et 45 personnes faites prisonnières.

Le Conseil de sécurité de l’Onu a condamné ces violences, les plus graves au Burundi depuis le coup d’Etat manqué du mois de mai.

Le pays est en crise depuis la fin avril, depuis que Pierre Nkurunziza a décidé de rester à la tête du pays.
Il a brigué un troisième mandat de président, et l’a obtenu en étant une nouvelle fois élu au mois de juillet.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

4 et 5 mai aux Pays-Bas : Commémorations de la Seconde Guerre Mondiale

En Ukraine, deux ans d'une guerre sans répit

En Ukraine, pas de répit pour les combattants après deux ans de guerre