PUBLICITÉ

Centrafrique : nouveaux cas d'abus et de viols commis par des soldats étrangers

Centrafrique : nouveaux cas d'abus et de viols commis par des soldats étrangers
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP, REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des nouveaux cas d’abus sexuels sur des mineurs font surface en Centrafrique. L’ONU a révélé vendredi que douze enfants et adolescentes ont affirmé

PUBLICITÉ

Des nouveaux cas d’abus sexuels sur des mineurs font surface en Centrafrique. L’ONU a révélé vendredi que douze enfants et adolescentes ont affirmé avoir été abusés ou exploités sexuellement par des soldats d’une mission européenne, de la mission française Sangaris, et de la Minusca des Nations Unies.

Sur place, les habitants sont choqués.

“Ils sont venus encore susciter des problèmes. En causant des actes aussi graves, cela n’honore pas les Nations Unies et ça suscite dans la population un rejet de cette mission”, juge Téophile Bambari, fonctionnaire.

Lors d’une précédente affaire de viols d’enfants centrafricains par des soldats français, de graves dysfonctionnements avaient été dénoncés dans la gestion de l’ONU par un rapport d’experts indépendants. L’heure est désormais à la transparence.

“C’est difficile d’imaginer l’indignation ressentie par le personnel des Nations unies engagé pour la paix et la sécurité quand surgissent de telles allégations, en particulier impliquant des mineurs, c’est si difficile à comprendre”

C’est la première fois que l’ONU nomme publiquement les pays d’origine des Casques bleus soupçonnés, à savoir la France, la Géorgie, le Bangladesh et quatre pays africains.

Les abus se sont produits dans le camp de déplacés de M’Poko jouxtant l’aéroport de Bangui.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaza : les combats se poursuivent en dépit de l'ordre de la CIJ à Israël de mettre fin à l'offensive de Rafah

Commémoration du génocide de Srebrenica : la résolution de l'ONU adoptée malgré l'opposition serbe

Serbes de Bosnie vent debout contre les plans de journée commémorative du génocide à Srebrenica