EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Les autorités grecques veulent vider le camp de réfugiés d'Idomeni

Les autorités grecques veulent vider le camp de réfugiés d'Idomeni
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les autorités grecques ont poursuivi samedi l‘évacuation de réfugiés du camp d’Idomeni, à la frontière avec la Macédoine. La plupart du temps, il

PUBLICITÉ

Les autorités grecques ont poursuivi samedi l‘évacuation de réfugiés du camp d’Idomeni, à la frontière avec la Macédoine. La plupart du temps, il s’agit de familles avec des enfants. Elles ne supportent plus les conditions d’hébergement, d’hygiène et plus généralement de vie dans ce lieu où s’entassent plus de 11 000 personnes. Les transferts vers de nouveaux centres d’accueil vont s’intensifier à partir de lundi, a déclaré un porte-parole du service de coordination de la politique migratoire, Giorgos Kyritsis.

“Il fait froid ici, témoigne un Syrien venu de Deir ez-Zor. J’ai sept enfants avec moi, qu’est-ce que je dois faire d’eux ? Nous voulons aller dans un nouveau camp. Ils disent que ce sera mieux pour les enfants. Il y aura du chauffage, il y aura des toilettes.” Mais ces transferts vers d’autres structures ne font pas l’unanimité. Certains préfèrent attendre des jours meilleurs à Idomeni. Autrement dit, que la frontière avec la Macédoine soit rouverte, qu’ils puissent ainsi emprunter la route des Balkans vers le Nord pour, ensuite, rejoindre l’Allemagne. Car ils ne veulent pas se détourner du but initial de leur long périple.

Sur l‘île de Lesbos, des réfugiés et des travailleurs humanitaires ont protesté contre l’accord conclu par l’Union européenne (UE) avec la Turquie consistant à renvoyer dans ce pays ceux arrivés en Grèce à partir du 20 mars, y compris les demandeurs d’asile syriens, sauf s’ils ont droit à une protection spécifique, comme c’est le cas des Kurdes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE approuve les missions frontalières à Rafah, réfléchit sur les sanctions contre l'Israël

Nicola Procaccini : "La prochaine Commission sera de centre-droit"

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants