Trump veut revoir l'engagement américain au sein de l'Otan

Trump veut revoir l'engagement américain au sein de l'Otan
Tous droits réservés 
Par Euronews avec Reuters / The New York Times
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il y a quelques mois, Donald Trump avait jugé que l’Otan était “obsolète”.

PUBLICITÉ

Il y a quelques mois, Donald Trump avait jugé que l’Otan était “obsolète”. Le candidat républicain à la Maison Blanche persiste et signe. Dans une interview au New York Times, il affirme que, s’il devenait président, une intervention américaine pour aider un pays allié qui serait attaqué n’irait pas de soi.

Un changement de stratégie qui n’est pas du tout envisageable pour le chef de la diplomatie américaine, John Kerry. “Je veux que nos partenaires de l’OTAN soient certains d’une chose. Notre gouvernement, comme tous les gouvernements américains qui se sont succédés, républicains ou démocrates depuis 1949, reste pleinement impliqué au sein de l’alliance atlantique et il assumera ses engagements”, a réagi le secrétaire d‘État américain.

Alors que les pays baltes sont inquiets face à l‘évolution de l’attitude russe, Donald Trump explique qu’en cas d’attaque de Moscou, Washington interviendrait seulement après avoir vérifié que ses alliés “ont bien respecté leurs obligations vis-à-vis des États-Unis.”

“Nous faisons confiance en l’Amérique, quelque soit son président”, a cependant tempéré la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite. “L’Amérique a toujours défendu les nations qui ont été attaquées et nous savons qu’elle continuera à le faire”.

Pour Donald Trump, l’Otan coûte trop cher à Washington. Il affirme que les alliés doivent cesser de profiter de la largesse des Etats-Unis, qui selon lui, n’ont plus les moyens d’un tel engagement militaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mike Pence, l'ancien vice-président américain, affirme que l'aide à l'Ukraine est imminente

Procès Trump : aucun juré choisi à l'issue du premier jour

New York touché par un séisme de magnitude 4,8