Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Afrique du Sud : une femme sur quatre violée dans les régions minières

Access to the comments Discussion
Par Ebrin Brou  avec Agences
Afrique du Sud : une femme sur quatre violée dans les régions minières

<h3>Une étude de Médecins sans frontière révèle qu’une femme sur quatre vivant dans la ‘‘ceinture de platine’‘ en Afrique du Sud, a été violée.</h3> <p><span class="caps">MSF</span> dit avoir enquêté durant deux mois auprès de plus de 800 femmes âgées de 18 à 49 ans dans la région de Rustenburg.</p> <p>« Ce que nous avons découvert avec cette enquête, c’est qu’une femme sur quatre a été violée Rustenburg », a indiqué Garret Barnwell de <span class="caps">MSF</span> à l’<span class="caps">AFP</span>. Toutefois,  « ce qui nous a vraiment frappé, c‘était la fréquence, vous pouvez dire qu’il y a environ 11.000 femmes qui en sont victimes chaque année », a-t-il ajouté.</p> <p>Le rapport de <span class="caps">MSF</span> affirme aussi que seulement 5% des femmes qui ont subi un viol se sont rendues dans un centre de soins. Pour M. Barnwell, ce faible pourcentage s’explique par la honte et par le fait que les femmes ne font pas totalement confiance au personnel soignant.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">1 in 4 women living in South Africa's <a href="https://twitter.com/hashtag/Rustenburg?src=hash">#Rustenburg</a> platinum mining area has been raped during her lifetime: <a href="https://t.co/PYLTwPrgkT">https://t.co/PYLTwPrgkT</a></p>— Surya Deva (@ProfSuryaDeva) <a href="https://twitter.com/ProfSuryaDeva/status/765569657084350464">16 août 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>« Celles qui ont survécu à des violences sexuelles font face à de nombreux autres obstacles pour se soigner. Le rejet dans la communauté joue un rôle important et il y a peu de possibilités d’accès à des services de soins bien équipés et spécialisés dans les violences sexuelles », ajoute le rapport.</p> <p>Un nombre très inférieur de femmes savent que la contamination par le virus du sida peut être empêchée par l’utilisation rapide d’un traitement anti-<span class="caps">VIH</span> juste après avoir été violées.</p> <p>Pour <span class="caps">MSF</span>, si les résultats de l’enquête sont « choquants », ils ne sont toutefois pas « inhabituels », car les viols sont très répandus en Afrique du Sud.</p> <p>Environ 6,2 millions de Sud-Africains vivent avec le virus <span class="caps">VIH</span> du sida, soit 11,2% de la population.</p>