EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La justice néerlandaise confirme le procès de Geert Wilders

La justice néerlandaise confirme le procès de Geert Wilders
Tous droits réservés 
Par Olivier Peguy avec Agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef du parti d'extrême-droite sera jugé pour discrimination et incitation à la haine, pour des propos tenus à l'encontre des Marocains.

PUBLICITÉ

C‘était en mars 2014, lors d’une soirée post-électorale.
Le leader d’extrême-droite néerlandais Geert Wilders s’adressait à ses partisans :
Voulez-vous plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas ?
Galvanisée, la foule avait répondu : “on en veut moins !
Et Wilders d’affirmer alors, avec un sourire : “Et bien on va s’en charger !

Ces propos avaient alors suscité une vague d’indignation. Et cela va même se traduire par un procès pour discrimination et incitation à la haine. Ainsi en a décidé ce vendredi la justice néerlandaise.

Les avocats de Geert Wilders avaient mis en avant le fait que jamais leur client n’avait été poursuivi jusque-là pour ses propos sur les Marocains.

Le tribunal a balayé cet argument.

Le fait que M. Wilders n’ait jamais été poursuivi ces 9 dernières années pour ses remarques ou pour les positions de son parti à l‘égard des Marocains, ce n’est pas un argument, et cela ne veut pas dire qu’il ne sera jamais jugé pour ses propos sur les Marocains.
Hendrik Steenhuis, juge du tribunal de La Haye

Et de fixer la date du procès au 31 octobre.

Geert Wilders a déjà réagi sur Twitter affirmant qu’il est “poursuivi pour ce que des millions de personnes pensent“.

Prosecuted for voicing the opinion of millions.
The Netherlands is like Turkey. Displeasing political opinions are being silenced in court. https://t.co/L7mTufM6WL

— Geert Wilders (@geertwilderspvv) 14 octobre 2016

S’il est jugé coupable, le leader du Parti pour la Liberté (PVV) risque jusqu‘à 2 ans de prison et 20 000 euros d’amende.

Son parti d’extrême-droite compte bien s’imposer lors des prochaines élections législatives prévues en mars prochain.

Pour aller plus loin

>> Pays-Bas: les dérapages de Wilders peuvent-ils renforcer l’extrême droite ?

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives aux Pays-Bas ce mercredi : qui remplacera Mark Rutte ?

Nigel Farage, le trublion des législatives au Royaume-Uni ?

Royaume-Uni : connaissez-vous Steve, le candidat aux élections législatives généré par l'IA ?