"Nous sommes plus fort que n'importe quel agresseur potentiel" (Poutine)

"Nous sommes plus fort que n'importe quel agresseur potentiel" (Poutine)
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe Vladimir Poutine a justifié sa politique en matière nucléaire, et rejeté les accusations d'interférence dans l'élection américaine.

PUBLICITÉ

Le président russe a donné ce vendredi sa traditionnelle conférence de presse annuelle. Un rendez-vous qui avait, cette année, un relief particulier, tant 2016 aura été faste pour le chef du Kremlin.

Il s’est imposé dans le dossier syrien, sur le plan militaire et diplomatique, marginalisant les Occidentaux, notamment les Américains.

Lors de cette conférence de presse, il a d’ailleurs accusé Washington d‘être responsable de la surenchère en matière d’ armement nucléaire. Et de pointer du doigt le bouclier anti-missile que les Américains veulent déployer en Europe de l’est.

Qui est un agresseur ? C’est quelqu’un susceptible d’attaquer la fédération de Russie. Aujourd’hui, nous sommes plus fort que n’importe quel agresseur potentiel. Nous avons effectué un gros travail pour moderniser notre système de missiles, et nos forces armées.
Vladimir Poutine, président russe

Le président russe est également revenu sur les dernières élections aux Etats-Unis. Certains dirigeants américains ont accusé Moscou d’avoir favorisé la victoire de Donald Trump au travers d’un piratage informatique.

Le parti démocrate n’a pas perdu seulement l‘élection présidentielle, mais aussi le Sénat, et la Chambre des représentants. Est-ce de ma faute ? de notre faute ? Je souhaiterai vraiment pouvoir établir des relations constructives avec le nouveau président élu, ainsi qu’avec les prochains responsables du parti démocrate.
Vladimir Poutine, président russe

Parmi les autres sujets évoqués lors de cette conférence de presse, les accusations de dopage visant la Russie. Vladimir Poutine a une nouvelle fois démenti l’existence d’un système institutionnalisé, et même rejeté tout soutien au dopage.”

_ avec agences_

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : un remaniement parmi les proches de Vladimir Poutine

Russie : Vladimir Poutine reconduit Mikhaïl Michoustine au poste de Premier ministre

La Russie célèbre le 79e anniversaire de sa victoire sur l'Allemagne nazie