La Mauritanie tente une dernière médiation en Gambie

La Mauritanie tente une dernière médiation en Gambie
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président Yahya Jammeh refuse toujours de quitter le pouvoir.

PUBLICITÉ

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, s’est entretenu avec son homologue gambien, Yahya Jammeh. Ce dernier refuse de quitter le pouvoir alors qu’il a perdu les élections et que son actuel mandat s’est officiellement achevé à minuit.

Signe de la tension palpable à la frontière avec le Sénégal, des troupes ouest-africaines sont prêtes à intervenir sur ordre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), une intervention soumise au vote de l’ONU aujourd’hui.

Yahya Jammeh dirige la Gambie d’une main de fer depuis 22 ans et refuse à présent de reconnaître la victoire électorale de son adversaire, Adama Barrow. Réfugié au Sénégal voisin, le vainqueur du scrutin devait rentrer aujourd’hui pour son investiture. Par mesure de sécurité, il n’avait pas annoncé l’heure ni l’endroit de son arrivée.
Il a finalement renoncé et prêtera serment depuis l’ambassade de Gambie, à Dakar, au Sénégal.

Cet après-midi, le chef de l’armée gambienne a lâché Yahya Jammeh, l’armée et la marine n’interviendront pas. Face au risque d’affrontement qui menacent la Gambie, des milliers de civils ont déjà fui la capitale. Tout comme les touristes. Le pays est une des destinations privilégiées des Britanniques.

Gambie : le chef de l'armée refuse de se battre contre les troupes de la CEDEAO https://t.co/DdQs45ew7C

— Africanews Français (@africanewsfr) 19 janvier 2017

Dernière minute : Adama Barrow annonce son investiture à 16 heures à l’Ambassade de la Gambie au Sénégal: Alors que… https://t.co/GcU4xgGdIlpic.twitter.com/CMrpadpAll

— FlashGuinee.com (@flashguinee) 19 janvier 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Face aux polémiques, la présidente d'Harvard annonce sa démission

Le Premier ministre portugais poursuivi pour corruption à cause d'une erreur sur son nom

Clash à l'ONU : Israël réclame la tête d'Antonio Guterres