Espagne: Inaki Urdangarin, le beau-frère du roi, reste en liberté

Espagne: Inaki Urdangarin, le beau-frère du roi, reste en liberté
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Inaki Urdangarin est arrivé au tribunal de Palma sous les huées de la foule.

PUBLICITÉ

Inaki Urdangarin est arrivé au tribunal de Palma sous les huées de la foule. Le beau-frère du roi d’Espagne est aujourd’hui une des figures les plus détestées du pays. Condamné à 6 ans dont trois mois de prison et à une amende de 512 000 euros, il y a quelques jours, la cour devait décider de ses modalités d’exécution jeudi. Il n’ira finalement pas directement en prison. Les juges ont estimé qu’il pourrait attendre libre le résultat de son appel auprès de la Cour suprême, la plus haute juridiction espagnole.
Libre et en Suisse, son lieu de résidence où il partage la vie de Cristina, l’infante d’Espagne. Il n’aura qu‘à se présenter une fois par mois à la justice suisse et rendre compte de ses déplacements hors Union Européenne. Son ancien associé, Diego Torres – condamné à la peine la plus lourde, 8 ans et six mois de prison – est également maintenu en liberté. Mais il s’est vu retirer son passeport et n’a pas le droit de quitter le pays.
Urdangarin a été jugé coupable de détournement de fonds publics et de fraude fiscale. Il aurait détourné plus de 6 millions d’euros pour son propre compte, des subventions adressées à une fondation, l’Institut Noos.
Dans un pays écoueuré par les affaires de corruption, la décision risque d‘être très mal perçue par les Espagnols.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le beau-frère du roi d'Espagne a cinq jours pour choisir sa prison

Le braquage à l'andalouse a mal tourné : 200 000 euros de Pata Negra, deux suspects interpellés

Europol a cartographié les pires réseaux criminels d’Europe