EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Que pense la Russie de Donald Trump, Jeff Sessions et Sergey Kislyak?

Que pense la Russie de Donald Trump, Jeff Sessions et Sergey Kislyak?
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le président américain Donald Trump a qualifié les attaques du Parti démocrate américain contre le procureur général Jeff Sessions de “chasse aux sorcières”.

PUBLICITÉ

Le président américain Donald Trump a qualifié les attaques du Parti démocrate américain contre le procureur général Jeff Sessions de “chasse aux sorcières”.

“Ils ont perdu l‘élection et maintenant, ils ont perdu leur emprise sur la réalité. La vraie histoire c’est l’ensemble des fuites illégales d’informations classées. C’est une chasse aux sorcières totale!” a déclaré Donald Trump dans un communiqué publié sur Facebook.

“Jeff Sessions est un homme honnête, il n’a rien dit de faux. Il aurait pu détailler sa réponse avec plus de précision, mais ce n‘était manifestement pas son intention”, a poursuivi le président.

“Trump réitère les erreurs de Nixon”: c’est le titre d’un journal national russe Moskovsky Komsomolets.

Le correspondant de la BBC à Moscou, Steve Rosenberg, en parle lui aussi:

One Russian paper has this advice for Donald Trump on what to do about Jeff Sessions: “Don't give up your own guys”. pic.twitter.com/ZMHEgSVHeI

— Steve Rosenberg (@BBCSteveR) March 3, 2017

#Trump#maga сделать америки здорово снова pic.twitter.com/Ly6jjaplGb

— Bigly's Wall (@BiglysWall) February 16, 2017

Le Washington Post révélait, le 1er Mars, qu’en Juillet et Septembre, Sessions a parlé deux fois avec l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergey Kislyak.

Le jour d’après, CNN affirme que Kislyak considéré par les services de renseignement américains comme l’un des meilleurs espions de la Russie, et recruteur d’espion, à Washington, selon des responsables actuels et anciens du gouvernement américain. Les responsables russes contestent.”

Le porte-parole du président russe, Dmitry Peskov a déclaré que “Le Kremlin part du principe qu’aucun responsable américain n’a fait aucune mention officielle que l’ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak, pourrait avoir des liens avec le renseignement. Toutes les rumeurs médiatiques sur ce sujet sont sans fondement et non confirmées.”

“Le seul conseil que je puisse donner, c’est que dans une situation comme celle-là, évitez de réagir à toutes ces fausses nouvelles. Fiez-vous aux déclarations officielles, des véritables officiels”, a souligné le porte-parole.

Un conseil pour CNN: “Arrêtez de diffuser de fausses nouvelles.”

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a conseillé au correspondant de CNN, Matthew Chance, de “cesser de diffuser des mensonges et de fausses nouvelles” quand il lui a demandé de commenter les allégations d’espionnage.

#Russia foreign ministry spokeswoman accuses #CNN of spreading g fake news https://t.co/DwG7o49AGX

— Matthew Chance (@mchancecnn) March 2, 2017

Sessions a déclaré que ces réunions ne concernaient pas les élections aux États-Unis. Quand elles ont eu lieu, il était sénateur de l’Alabama. Il a affirmé que ces réunions de travail concernaient les forces armées, et qu’elles ont été organisées en même temps que des réunions avec d’autres ambassadeurs accrédités à Washington.

Steve Rosenberg relate ce titre, tiré d’un journal russe: “Il est temps de mettre un terme à notre histoire d’amour avec Trump.”

“It's time to end our love affair with Trump” declares one Russian paper today. Moscow lowering expectations for US-Russian ties. pic.twitter.com/YyvGRJk6kJ

— Steve Rosenberg (@BBCSteveR) February 18, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : un soldat américain condamné à de la prison en Russie

Russie : prise d'otages dans une prison, ravisseurs tués suite à l'assaut des forces de l'ordre

Poutine menace de livrer aussi des missiles "à d'autres" pays pour frapper l'Occident