EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

"En Marche", moteur de la nouvelle Assemblée nationale

"En Marche", moteur de la nouvelle Assemblée nationale
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est une victoire nette pour la République en Marche, à l'issue du second tour des législatives.

PUBLICITÉ

C’est une victoire nette pour la République en Marche, à l’issue du second tour des législatives en France, mais une victoire moins écrasante que prévue.

Le mouvement du chef de l’Etat Emmanuel Macron et ses alliés du Modem obtiennent 361 sièges à l’assemblée nationale. L’heure n’est pas au triomphalisme cependant, puisque ce scrutin reste marqué par une abstention record de 53 %. Au premier tour, plus de 51 % des électeurs avaient déjà boudé les urnes.

La République en Marche dispose donc d’une majorité absolue à la chambre basse, qui verra arriver de nouveaux visages, et une plus forte représentation féminine, qui pourrait être de l’ordre de 30 %. Mais c’est une victoire qui “oblige”, a souligné le Premier ministre Edouard Philippe qui veut jouer la carte de l’ouverture. Il appelle désormais à un travail constructif avec les forces d’opposition, Les Républicains et le Parti Socialiste, deux formations à l’image écornée, et en proie aux divisions.
Le Président français Emmanuel Macron devrait donc avoir les mains libres pour mener ses réformes.

A l’Assemblée nationale, la France Insoumise, qui veut se situer dans une opposition frontale, va constituer un groupe parlementaire, contrairement au Front National, qui n’aura pas cette possibilité, faute de disposer d’un nombre suffisant de députés.

Dans l’Essonne, l’ancien Premier ministre Manuel Valls a été élu, d’une courte majorité.

Jean Luc Mélenchon, élu à Marseille, a mis en garde contre la “verticalité” du pouvoir exercé par Emmanuel Macron. Il prône une opposition frontale face à la majorité présidentielle. Le chef de file de la France Insoumise, dont le parti est crédité d’une trentaine de députés, a annoncé la formation d’un groupe parlementaire, contrairement au Front National, qui sera privé de cette possibilité. La formation de Marine Le Pen ne disposerait pas de suffisamment de sièges à l’assemblée nationale.

Revivez la soirée électorale :

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Second tour des législatives françaises : les chiffres-clés

Quatre personnes blessées lors d'une attaque au couteau dans le métro de Lyon

No comment : des étudiants propalestiniens manifestent à la Sorbonne