PUBLICITÉ

Irak : reconstruire Mossoul

Irak : reconstruire Mossoul
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Bagdad n’en finit pas de célébrer la libération de Mossoul. Neuf mois de combats acharnés pour les troupes irakiennes, soutenue par la coalition internationale et encensées aujourd’hui par la presse du pays.

Les forces irakiennes ont libéré #Mossoulhttps://t.co/0IqY331U2Jpic.twitter.com/NDS2aBkG8o

— Le Soir (@lesoir) 9 juillet 2017

Une victoire de taille dans la guerre contre le groupe Etat islamique, obtenue au prix de milliers de victimes, civils et militaires. “C’est un jour d’honneur pour tous les Irakiens explique cet habitant de Bagdad, le drapeau irakien a été hissé dans la province de Ninive, c’est la fin du mythe du califat du groupe Etat islamique. Il n’y a pas de place pour Daesh à Ninive.”

La reprise de #Mossoul : huit mois et 22 jours de combats résumés en 109 cartes, d’octobre 2016 à juillet 2017 https://t.co/h6eTXKoVNxpic.twitter.com/ctQRcnDHa7

— Les Décodeurs (@decodeurs) 10 juillet 2017

Prochains objectifs : reconstruire la deuxième ville d’Irak et aider les centaines de milliers de civils déplacés. Près d’un million de personnes ont fui Mossoul depuis le début de l’offensive et selon l’ONU, 700.000 d’entre elles sont toujours déplacées : “Ce que nous devons retenir, c’est qu’il y a une très vaste zone autour de Mossoul et d’autres régions dans d’autres parties du pays qui ont été également dévastées par ce conflit souligne Melany Markham du Conseil norvégien pour les réfugiés. Donc, quand on parle de reconstruction, c’est non seulement l’ouest de Mossoul qui aura besoin de ressources, mais aussi toute la zone autour. Il y a des villes qui abritaient des dizaines, des centaines de milliers de personnes, et qui sont aujourd’hui complètement désertes.”

Et le Haut-commissariat pour les réfugiés de prévenir : des milliers de personnes vont devoir rester déplacées pendant plusieurs mois. Car les images de la ville en témoignent, maisons, eau, électricité, écoles ou encore hôpitaux : tout a été détruit ou presque. Vingt-huit organisations humanitaires présentes en Irak ont demandé aux autorités de ne pas forcer les déplacés à rentrer chez eux et exhorté la communauté internationale à soutenir la reconstruction.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un mariage vire à l'horreur en Irak : plus de 100 morts dans un incendie

Une ex-otage du Hamas dit avoir vécu "l'enfer" avant d'être "bien traitée"

No Comment : Emmanuel Macron rend hommage à Jean Moulin, à Lyon