Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

France : appartement dévasté après avoir été loué sur Airbnb

France : appartement dévasté après avoir été loué sur Airbnb
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ni plus ni moins qu’un dépotoir… A Paris, une jeune femme a eu la très mauvaise surprise de retrouver son appartement totalement dévasté après l’avoir mis en location sur Airbnb : literie souillée, sol jonché de bouteilles d’alcool et d’ordures…, etc. Le profil du locataire sur la plateforme incitait pourtant à la confiance.

Depuis deux ans, la propriétaire, Laurie, avait pris l’habitude de louer son appartement via Airbnb, sans le moindre désagrément. Mais fin août dernier, elle a retrouvé son 13m² en plein coeur de la capitale française totalement ravagé, dans un état de saleté extrême. Deplus, il y flottait une terrible puanteur. Face à un tel choc, la jeune femme a posté des photos de son appartement sur les réseaux sociaux pour partager sa bien triste expérience.

Laurie, a fait évaluer le montant des dégâts à plus de 10 000€ pour remettre son appartement en état. Mais elle ne peut pas faire appel à son assurance car il n’y a pas eu effraction. Elle est donc entrée en contact avec Airbnb, car la plateforme offre une couverture responsabilité civile de base allant jusqu‘à 800 000 € par sinistre en cas de poursuites engagées par des tiers pour préjudice corporel ou dommage matériel survenu lors d’un séjour. Si l’entreprise a bien enregistré la demande de la jeune fille mais a été peu prompte à donner une réponse. Mais face à l’écho rencontré par son message sur les réseaux sociaux et dans les médias – le post Facebook de Laurie a été en effet partagé des dizaines de millier de fois – la firme américaine s’est finalement engagée à envoyer un expert pour évaluer le montant du litige.


Airbnb, contacté par plusieurs médias, a assuré appliquer “la tolérance zéro pour ce type de comportement”. “Le voyageur a été banni d’Airbnb et nous apportons actuellement notre soutien à l’hôte” a précisé l’entreprise. Selon elle, “ce type de mauvaise expérience est extrêmement rare.”

Airbnb a indiqué que les dégradations conséquentes (au-delà de 1 000 € de remboursement) n’ont représenté que 0,009% des 30 millions des locations enregistrées sur sa plateforme.