DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catalogne : le décor derrière le président (suite)

Vous lisez :

Catalogne : le décor derrière le président (suite)

Catalogne : le décor derrière le président (suite)
Taille du texte Aa Aa

Entre Espagnols et Catalans, c’est aussi la bataille des symboles. Si mardi soir le roi d’Espagne avait choisi en arrière plan un tableau emblématique de l’unité du pays pour son allocution télévisée, mercredi soir le président de la région catalane a lui aussi soigné son décor pour répondre au monarque espagnol.


C’est naturellement depuis le ‘palais de la Généralité’, qui abrite le siège officiel de la présidence et du gouvernement autonome de Catalogne, que Carles Puigdemont a répondu à Felipe VI.
Ce bâtiment médiéval est l’un des symboles forts de la souveraineté catalane.

Mais la mise en scène intérieure a également été minutieusement pensée. La salle de réception depuis laquelle a été retransmise la déclaration de Carles Puigdemont contenait deux symboles : le drapeau catalan ainsi qu’un tableau du XVème siècle (non signé) représentant saint George (Sant Jordi), le patron des Catalans, tuant un dragon. Une allégorie d’une Catalogne s’affranchissant de la tutelle espagnole.


Sant Jordi tuant le dragon, Anonyme XV – XVIème sicèle. Image : Palau de la Generalitat.

Selon la légende, Jordi sauva une princesse en tuant un dragon avec sa lance. Et lorsque le sang du monstre toucha le sol, un buisson de roses sortit de terre. La rose devint alors un symbole de la Catalogne. Tous les 23 avril, pour leur fête nationale, les Catalans ont d’ailleurs l’habitude d’offrir des roses.


Autre détail dans la mise en scène : la porte ouverte située juste derrière Carles Puigdemont. Alors que le président catalan s’est montré très critique vis-à-vis du discours du roi, jugeant son approche intransigeante, Puigdemont s’est montré plus ouvert au dialogue en demandant notamment l’appui d’une médiation.