Les narcos mexicains font fermer des centaines d'écoles

Les narcos mexicains font fermer des centaines d'écoles
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux factions rivales menacent les élèves et demandent la suspension des cours le temps qu'elles règlent leurs comptes.

PUBLICITÉ

Cela fait un mois et demi que des centaines d‘écoles sont fermées dans l’État de Guerrero, au Mexique. Deux factions criminelles menacent les élèves et demandent la suspension des cours jusqu’en janvier, le temps qu’elles règlent leurs comptes.

Des écoles sont fermées à Zitlala, Atlixtac, Ahuacoutzingo, Jose Joaquin de Herrera et dans la ville gangrénée de Chilapa de Álvarez, où les militaires ont érigé des points de contrôle.

Une opération est en cours depuis quelque temps à Chilapa, mais malheureusement les activités criminelles ont ressurgi, et cela nous oblige à renforcer la sécurité, dans telle ville ou telle région en fonction du danger, mais il est clair que notre intérêt est que les cours reprennent, dans des conditions adéquates“.

Les écoles ont fermé le 19 septembre dernier après le terrible tremblement de terre qui a fait près de 300 morts.

Dans le Guerrero, les groupes Los Rojos et Los Ardillos s’affrontent pour le contrôle du trafic depuis plusieurs années. Des corps sont retrouvés presque quotidiennement.

J’ai arrêté de sortir de chez moi après 20 heures. Je ne veux pas prendre de risque“, témoigne une femme âgée qui habite à Chilapa.

Les cours devaient reprendre ce lundi, mais la date a été repoussé pour la quatrième fois. Selon les médias locaux, près de 60 000 élèves sont privés d’enseignement.

Certains professeurs ont choisi de leur envoyer des devoirs sur les réseaux sociaux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mexique : Une figure LGBT retrouvée morte à son domicile

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire

Casal di Principe rend hommage à son prêtre anti-mafia