EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

A Manille, la lune de miel Trump-Duterte

A Manille, la lune de miel Trump-Duterte
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les chefs d'Etat philippin et américain se sont manifestement très bien entendus

PUBLICITÉ

De ce sommet de l’Asean, on retiendra surtout la rencontre entre deux dirigeants pour le moins atypiques. Alors que les 10 pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est se réunissent à Manille, le président philippin a reçu son homologue américain. Et manifestement, le courant est si bien passé qu’ils en ont oublié les sujets sensibles, comme la guerre sanglante contre le trafic de drogue aux Philippines, qui a fait près de 4.000 morts en 16 mois.

“Les droits de l’Homme n’ont pas été mentionnés, il n’a pas été question de meurtres extrajudiciaires, s’est contenté de répondre à un journaliste le porte-parole du président Duterte, Harry Roque. Ça a plutôt été une longue discussion sur la guerre contre les drogues aux Philippes, le président Duterte donnant des explications.”

Donald Trump, qui termine ici une longue tournée en Asie, avait visiblement à coeur de s’attirer les bonnes grâces d’un chef d’Etat tout aussi imprévisible que lui et qui s’est ostensiblement tourné vers la Russie et la Chine depuis son arrivée au pouvoir.

Le voilà rassuré. Rodrigo Duterte – celui-là même qui avait insulté Barack Obama et qui racontait il y a quelques jours avoir tué quelqu’un à l‘âge de 16 ans – lui a dédié lors de la soirée de gala une chanson à l’eau de rose…

#Duterte sings at #ASEAN gala dinner ‘upon #Trump’s orders’ (VIDEO) https://t.co/cdy60mhaYkpic.twitter.com/RF4dLmq4ji

— RT (@RT_com) November 13, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : le journaliste américain Evan Gershkovich condamné à 16 ans de prison pour "espionnage"

Donald Trump investi par le parti républicain

J.D. Vance, colistier de Donald Trump, veut privilégier les travailleurs plutôt que Wall Street