DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

#RespectUs, une certaine vision de l’histoire polonaise

Vous lisez:

#RespectUs, une certaine vision de l’histoire polonaise

#RespectUs, une certaine vision de l’histoire polonaise
Taille du texte Aa Aa

Le mois dernier, la Pologne a voté une loi sur l’Holocauste qui a créé une vaste polémique. Ce texte prévoit de punir jusqu'à trois ans de prison l'attribution "à la nation ou à l'Etat polonais" d'une quelconque responsabilité dans l'extermination des Juifs du pays. Cette loi destinée à défendre l'image du pays, et qui est entrée en vigueur ce jeudi, permettra par exemple de poursuivre les personnes utilisant l’expression “camps de concentration polonais”.

De très nombreux pays, dont Israël, les Etats-Unis ou la France, ont condamné ce nouveau dispositif perçu comme une tentative de “réécriture de l’histoire”. En effet, la Seconde guerre mondiale et la Shoah sont des questions encore très sensibles aujourd’hui en Pologne, où les politiques tentent depuis la chute du communisme de défendre l’image du pays, quittes à nier certaines pages sombres de l’histoire polonaise.

Ainsi plusieurs historiens ont été sévèrement critiqués par Varsovie pour avoir avancé que des Polonais avaient pu jouer un rôle dans la Shoah en collaborant notamment avec l’occupant nazi. Des scientifiques affirment que le nouveaux dispositif juridique est une entrave à la recherche, lorsque celle-ci n’irait pas dans le sens de l’Histoire voulue par les autorités polonaises.

C’est dans ce climat tendu qu’une initiative affirmant que "contrairement à de nombreux pays européens, la Pologne n'a jamais collaboré avec l'Allemagne nazie" a été lancée par de jeunes Polonais. L'objectif de leur campagne baptisée #RespectUs (pour Respectez-nous) est de montrer que, selon eux, l'histoire de l'Holocauste "est en train d'être falsifiée" en ciblant ainsi les pays qui ont condamné la nouvelle loi et les travaux d’universitaires. "La campagne internationale d'attribution de la coresponsabilité de l'Holocauste à la nation polonaise est l'un des événements les plus choquants et les plus scandaleux de l’histoire moderne de la Pologne" ont ainsi indiqué les instigateurs de cette campagne sur leur site web.

Concrètement, les responsables de cette campagne prévoient de faire circuler dans toute l’Europe des camions portant le slogan “#RespectUs - Les Polonais ont sauvé plus de 100 000 Juifs pendant la Seconde guerre mondiale”. Selon le fondateur de cette initiative, Marek Miśko, interrogé par Euronews, “les premiers camions ont déjà atteint différentes destinations depuis le début de la semaine, notamment l'Allemagne”. "Nous sommes sûrs que nos camions rappelleront des faits évidents de notre histoire” a-t-il ajouté. "Nous ne voulons pas convaincre qui que ce soit avec cette campagne. Nous demandons seulement aux citoyens d’autres pays européens de penser de manière indépendante, de ne pas subir de manipulation, de confronter un mensonge à la vérité et de vivre dans cette vérité” a également affirmé Marek Miśko.

Bien que se défendant de tous liens avec les autorités, #RespectUs peut être rapprochée d’une plus vaste campagne lancée sur les réseaux sociaux par le gouvernement polonais. En effet, depuis le début du mois de février, les services du Premier ministre ont décliné le hastag #GermanDeathCamps sur différents supports.

Des vidéos ont, par exemple, été mises en ligne affirmant que “l’Allemagne avait fait vivre un enfer sur Terre à la Pologne” et que “Juifs et Polonais ont souffert ensemble de la barbarie nazie”.

En Israël, si le mémorial de l’Holocauste a estimé que le terme “‘camps de la mort polonais’ est une déformation de l’Histoire”, Yad Vashem a toutefois considéré que la nouvelle loi pourrait "brouiller les vérités historiques”.

Une délégation polonaise est arrivée en Israël ce mercredi afin de tenter de résoudre la crise déclenchée par l’adoption de la loi sur l'Holocauste.