DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Colère des Moscovites devant l'expulsion de diplomates russes

Vous lisez:

Colère des Moscovites devant l'expulsion de diplomates russes

Colère des Moscovites devant l'expulsion de diplomates russes
Taille du texte Aa Aa

Les Moscovites disent leur colère face à la décision des chancelleries occidentales d'expulser plus de 120 diplomates russes.

Les accusations selon lesquelles le Kremlin serait à l'origine de l'empoisonnement à Salisbury de l'ex agent russe Serguei Skripal et sa fille ne convainquent pas.

"Ce n'est pas nous qui l'avons empoisonné, tout ça est une honte et c'est en Angleterre que ça se passe" s'insurge un retraité. "A quoi bon accuser la Russie de tout ça ? On y est pour rien. On demande des preuves, mais ils ne nous donnent rien. Ils ne veulent pas parler avec nous. Pourquoi expulser des diplomates ? C'est eux qui y perdent, pas nous."

Même durant la Guerre froide, jamais la Russie n'avait connu de représailles aussi vastes et coordonnées de la part du camp occidental.

"Je suis choqué par ce comportement, d'abord de la Grande-Bretagne, mais aussi de ses alliés" s'énerve un autre moscovite. "Ils n'ont aucune preuve. Pour accuser aux yeux du monde entier, il faut des preuves. Nous allons riposter et ils vont le sentir passer."

"Il n'est pas certains que les informations dont on dispose soit vraies" tempère une dame. "Il est possible que cela ait eu lieu, mais je ne peux pas juger."

De son côté, la diplomatie russe évoque un geste "inamical" alors le porte-parole du Kremlin fait savoir que Vladimir Poutine décidera quelle sera la réponse de Moscou.

"Moscou dément de manière catégorique être impliqué dans l'empoisonnement de Serguei Skripal et sa fille et juge que l'expulsion des diplomates russes est une provocation" dit la correspondante d'Euronews à Moscou Galina Polonskaya. "La presse évoque une "crise diplomatique" et dans ces circonstances s'interroge si la rencontre annoncée entre Trump et Poutine aura bien lieu."