DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Hongrie respecte-t-elle les droits fondamentaux de l'UE ?

Vous lisez:

La Hongrie respecte-t-elle les droits fondamentaux de l'UE ?

La Hongrie respecte-t-elle les droits fondamentaux de l'UE ?
@ Copyright :
REUTERS/Bernadett Szabo
Taille du texte Aa Aa

Après la récente victoire de Viktor Orban aux législatives, la Hongrie est dans le collimateur de l'Union européenne. Un rapport dénonce le non-respect des droits fondamentaux dans le pays, en particulier l'article 7 de la Charte de l'UE, concernant le respect de la vie privée et familiale.

Judith Sargentini, députée européenne (Groupe des Verts/Alliance libre européenne), a supervisé ce rapport : "Il y a un vrai risque d'une violation des valeurs sur lesquelles est fondée l'Union européenne."

Mais l'eurodéputée, membre du Groupe des Verts, aura bien du mal à faire l'unanimité. Le Parlement est en effet très divisé et ce même au sein du Parti populaire européen auquel appartient le Premier ministre hongrois.

Si le président du groupe, Manfred Weber, ne s'est pas privé de féliciter Viktor Orban pour sa victoire, ce n'est pas du goût de tous ses eurodéputés.

Le Suédois Gunnar Hökmark s'en étonne dans cette lettre : "Je suis surpris de voir vos félicitations chaleureuses au Premier ministre Viktor Orban... une victoire bâtie sur un bloc de populisme, anti-européen, antisémite et xénophobe."

Pour la Vice-présidente du Parlement, elle aussi membre du Parti populaire, le rapport et la lettre ne seraient basées que sur des informations erronées.

"Au sein du Parti populaire européen, nous avons des discussions ouvertes. Donc tous les membres peuvent parler de leurs propres considérations et ils me les rapportent. C'est pour cette raison que je peux vous dire qu'une grande partie de leur information est en fait de la désinformation", déclare Livia Jaroka.

Fort d'un troisième succès d'affilé, Viktor Orban s'est dit résolu à appliquer son programme rapidement. Le chef du gouvernement ne cèdera rien, notamment sur un point qui l'oppose également à Bruxelles : la question de l'accueil des réfugiés.