PUBLICITÉ

Syrie : un énième appel au dialogue

Syrie : un énième appel au dialogue
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La cheffe de la diplomatie européenne prône de nouveau une solution politique

PUBLICITÉ

Une photo de famille pour une conférence que les Nations Unies espèrent généreuse. Les donateurs de la Syrie sont réunis à Bruxelles pour la deuxième journée. L'ONU a chiffré les besoins à neuf milliards de dollars. Mais seule une solution diplomatique pourra mettre un terme au calvaire des Syriens. C'est ce qu'a rappelé la cheffe de la diplomatie européenne, appelant la Russie et l'Iran a faire pression sur Damas.

"Réunir les différents acteurs du conflit ainsi que l'Union européenne et les Nations Unies ne peut que contribuer à permettre une amélioration de la situation politique, a martelé Federica Mogherini. C'est ce sur quoi l'Union européenne continuera de travailler. Uniquement sur l'aide humanitaire et le processus politique."

De son côté, la Russie, indéfectible alliée du régime de Bachar el-Assad, a regretté que des dignitaires syriens n'aient pas été conviés à Bruxelles.

"Je pense que c'est un inconvénient de cette conférence, a déclaré Vladimir Chizov, l'ambassadeur de la Russie auprès de l'UE. Je pense que c'est une erreur. Ils auraient dû être invités. Parce qu'il s'agit ici de répondre aux besoins du peuple syrien. Il aurait donc fallu quelqu'un pour représenter le peuple syrien."

Alors que la guerre est entrée mi-mars dans sa huitième année, les tentatives de médiation n'ont jusqu'ici strictement rien donné malgré huit cycles de pourparlers engagés sous les auspices de l'ONU. Le régime, qui engrange les succès sur le terrain, n'est pas pressé de traiter avec une opposition divisée et affaiblie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La musique pour adoucir les peines

Nicola Procaccini : "La prochaine Commission sera de centre-droit"

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants