EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Arménie : manifestation de soutien à Nikol Pachinian, la crise politique s'aggrave

Arménie : manifestation de soutien à Nikol Pachinian, la crise politique s'aggrave
Tous droits réservés 
Par Sandrine Delorme avec Reuters, AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Nikol Pachinian aurait obtenu de la Russie la garantie qu'elle n'intervienne pas dans les affaires internes de l'Arménie et l'a fait savoir aux manifestants.

PUBLICITÉ

En Arménie, le mouvement de contestation ne faiblit pas, et la crise politique s'aggrave. De nouveaux rassemblements sont prévus aujourd'hui après deux semaines de mobilisation. Hier, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour soutenir la candidature de l'opposant Nikol Pachinian au poste de Premier ministre. 

La récente Alliance d'opposition Yelk, qui dispose de 9 sièges à l'assemblée, va proposer sa candidature pour la soumettre au vote de la chambre, la semaine prochaine. Au parlement, Nikol Pachinian aura besoin de 53 voix pour être élu, et disposerait à ce jour de 40 soutiens.

En attendant, Nikol Pachinian aurait obtenu de la Russie la garantie qu'elle n'intervienne pas dans les affaires internes de l'Arménie et l'a fait savoir aux manifestants.

De son côté, le chef du gouvernement par intérim Karen Karapetian souhaiterait des élections anticipées, mais aux groupes politiques d'en décider, a-t-il dit, avant de se déclarer prêt, sil le fallait, à décréter l'Etat d'urgence.

Les opposants poursuivent aussi leurs manifestations car ils ne veulent pas d'un candidat issu du parti républicain du premier ministre démissionnaire Serge Sarkissian. Dans la soirée, le partenaire de coalition du parti républicain a d'ailleurs quitté la coalition au pouvoir.

Des centaines de policiers et des forces anti-émeutes, et plusieurs véhicules blindés sont déployés dans le centre-ville. Mais la police se garde d'intervenir, expliquant "ne pas avoir le droit de soutenir telle ou telle partie". 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Arménie : le chef de l'opposition maintient la pression

La rue en liesse après la démission du 1er ministre arménien

La colère gronde en Arménie après plus de 230 arrestations