EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Italie : la Ligue consulte les Italiens sur le programme de coalition

Matteo Salvini, chef de la Ligue (ex-Ligue du Nord)
Matteo Salvini, chef de la Ligue (ex-Ligue du Nord)
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le parti d'extrême droite invite les électeurs à donner leur avis sur le futur programme de coalition avec le Mouvement 5 Etoiles.

PUBLICITÉ

Alors que les deux partis populistes italiens (Mouvement 5 Étoiles et la Ligue) s'apprêtent à former un nouveau gouvernement, le ministre français de l'économie les a mis en garde dimanche matin.

"Chacun doit comprendre en Italie que l'avenir de l'Italie est en Europe et nulle part ailleurs, et pour que cet avenir soit en Europe il y a des règles à respecter", a souligné Bruno Le Maire. Une déclaration faisant écho au programme de coalition présenté vendredi dans laquelle les deux partis entendent tourner le dos au "diktat européen" en matière de dette et de finances publiques.

"Les engagements qui ont été pris par l'Italie (...) valent quel que soit le gouvernement. Je respecte la décision souveraine du peuple italien, mais il y a des engagements qui dépassent chacun de nous", a insisté le ministre français.

An attendant, la Ligue (extrême droite) a appelé dimanche les Italiens à soutenir l'accord de gouvernement avec le Mouvement 5 Étoiles. Le parti a fait installer un millier de stands d'informations dans tout le pays pour recueillir l'avis de la population.

Vendredi, le Mouvement 5 Étoiles a également sondé son électorat via une consultation sur son site internet et a obtenu un très large soutien de ses adhérents.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie "antisystème", nucléaire iranien : la France aux aguets

Législatives en France : l'accord entre Éric Ciotti et le RN confirmé par Jordan Bardella

Législatives portugaises : courte avance pour le centre droit, montée de l'extrême droite