EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Lifeline : six pays accueilleront finalement les migrants

Lifeline : six pays accueilleront finalement les migrants
Tous droits réservés Reuters
Tous droits réservés Reuters
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Emmanuel Macron a finalement annoncé que la France prendrait sa part de responsabilité.

PUBLICITÉ

La fin d'une nouvelle odyssée pour les 233 migrants recueillis à bord du Lifeline, ce navire affrété par une ONG allemande.

Après une semaine d'errance au large de la Sicile, mardi, le bateau a finalement accosté à Malte et six pays européens sont convenus de se répartir ses occupants.

Après l'épopée de l'Aquarius, ce déblocage de la situation est intervenu une fois de plus dans la douleur à la veille d'un sommet européen en partie consacré la question migratoire.

En refusant d'accueillir le Lifeline dans l'un de ses ports, l'Italie a de nouveau testé la solidarité européenne, non sans un certain succès. En guerre ouverte contre les organisation humanitaires qui manœuvrent en Méditerranée, Matteo Salvini, le ministre d'extrême droite de l'Intérieur n'a pas hésité à provoquer une nouvelle crise, quitte à prendre en otage des centaines de réfugiés.

Résultats : six pays se répartiront les naufragés dont la France, le Portugal, Malte et... l'Italie.

"On l'a fait parce que nous avons bon coeur, contrairement à Macron, a déclaré Matteo Salvini. "Mais les ONG battant pavillon étranger, avec des investisseurs étrangers ne s'amarreront plus dans les ports italiens."

Ce dénouement (temporaire) marque aussi un tournant : mardi, lors d'un déplacement en Italie, le président français a repris à son compte les critiques italiennes contre les ONG en accusant implicitement l'organisation allemande opérant à bord du Lifeline de faire le jeu des passeurs.

_"On ne peut pas accepter durablement cette situation", a déclaré Emmanuel Macron. "A la fin on fait le jeu des passeurs en réduisant le coût du passage pour les passeurs. C'est d'un cynisme terrible".
_

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou

Matteo Salvini a rassemblé ses alliés populistes à Rome avant les élections européennes

Poursuivi pour avoir bloqué des migrants en mer, Matteo Salvini dit avoir "rendu service" à l'Italie