DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maroc : lourdes peines pour les "révoltés du Rif"

Vous lisez:

Maroc : lourdes peines pour les "révoltés du Rif"

Maroc : lourdes peines pour les "révoltés du Rif"
Taille du texte Aa Aa

Malgré les protestations de leurs partisans, les 53 militants qui comparaissaient devant la chambre criminelle de Cour d'appel de Casablanca ont tous été condamnés. Parmi eux, Nasser Zefzafi, le leader de la contestation populaire qui avait secoué la région du Rif, dans le nord du Maroc, entre octobre 2016 et juillet 2017. Il a écopé de 20 ans de prison pour "complot visant à porter atteinte à la sécurité de l’État".

Presque tous les autres accusés ont été condamnés à des peines de prison. Seul un sur les 53 s'en sort avec une amende 5.000 dirhams.

C'est à l'issue d'un procès de neuf mois et en l'absence des prévenus que le verdict a été prononcé. Ils ont boycotté les derniers jours d'audience pour protester "contre la partialité de la justice". Leurs avocats devraient faire appel.

Les manifestations avaient débuté dans la ville d'Al-Hoceïma, après la mort d'un vendeur de poisson accidentellement broyé dans une benne à ordures après que sa marchandise ait été saisie. Cristallisant les frustrations de la population dans une région marginalisée et pauvre, le mouvement avait duré près de 10 mois. D'après les associations, environ 450 personnes avaient été arrêtées durant ces manifestations. Certaines, notamment Nasser Zefzafi, assurent avoir été "torturées" par la police.