DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet européen : des annonces, mais peu de concret

Vous lisez :

Sommet européen : des annonces, mais peu de concret

Sommet européen : des annonces, mais peu de concret
Taille du texte Aa Aa

Neuf heures de négociations, mais les apparences sont sauves. Au petit matin, les dirigeants européens l’annonçaient : il y a avait bien accord.

L'Italie, qui exigeait des concessions sur le dossier migratoire, a obtenu de vagues engagements : la création en Europe de centres pour faire le tri entre migrants irréguliers et demandeurs d'asile "légitimes", sans qu'aucun pays ne se dise ouvertement prêt à accueillir ces centres...

A plus long terme, des centres de débarquement des migrants seront créés hors de l'Union européenne - comprenez en Afrique - si certains les acceptent, car pour l'heure le Maroc et la Tunisie ont dit non. Les ONG sont aussi priées de laisser faire les garde-côtes libyens près des côtes du pays.

"Il a fallu des négociations intenses et prolongées pour arracher un accord qui semblait impossible à obtenir, conclut la correspondante d'Euronews à Bruxelles, Elena Cavallone. Pour la première fois semble se profiler un meilleur partage du fardeau migratoire. Mais à présent, il faut savoir quels États membres se porteront volontaires et sous quelles conditions ils ouvriront sur leur territoire ces centres pour l'accueil des migrants. C'est seulement à ce moment-là que l'Italie pourra vraiment dire qu'elle n'est plus seule."