DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Historique : première descente du K2 à skis

Vous lisez :

Historique : première descente du K2 à skis

Le K2, situé sur la frontière sino-pakistanaise.
@ Copyright :
Piotr Pawlus / Red Bull Content Pool
Taille du texte Aa Aa

C'est une première mondiale ! Le Polonais Andrzej Bargiel vient de réussir ce dimanche ce qui semblait impossible : la descente intégrale à skis du K2. Avec 8 611 m, ce sommet himalayen, situé sur la frontière sino-pakisatanaise, est le second plus haut de notre planète, derrière l'Everest (8848 mètres).

Marek Ogień / Red Bull Content Pool
Andrzej Bargiel, après sa descente historique le 22 juillet 2018Marek Ogień / Red Bull Content Pool

Ce "casse-cou", âgé de 30 ans, a passé quelques semaines au pied de la montagne pour s'acclimater. Il a débuté son ascension le jeudi 19 juillet avec son équipe. Après avoir atteint le sommet du K2 le 22 juillet, Andrzej Bargiel s'est lancé, skis au pieds, dans sa folle descente vers 11h30 (heure locale). Le skieur de l’extrême est arrivé vers 19h30 au camp de base après avoir croisé sur sa route de nombreux séracs et d'innombrables crevasses. Le polonais a été contraint de faire une longue pause au niveau du camp n°4, situé à plus de 7 000 mètres, le temps d'attendre que le ciel se dégage et que la visibilité s'améliore. Pour réaliser son exploit, Andrzej Bargiel et son équipe ont eu recours à des drones pour repérer les meilleurs itinéraires possibles.

Traduction du texte du tweet : “Je suis heureux, je n’ai plus besoin de revenir ici " - #AndrzejBargiel, tout de suite après avoir descendu le K2 !

Traduction de la vidéo : « Il y a trois heures, je suis arrivé à la base. Aujourd’hui, j’ai réussi à descendre directement du sommet du K2 vers à la base. Je suis parti vers le sommet à 4h du matin, le temps était assez bon. Des problèmes ont commencé pendant la descente car la visibilité était mauvaise. J’étais obligé d’attendre au camp 4 pour que ça se dégage. C’est une descente très technique, passant par un "mur" au milieu de la pente. Je suis très heureux que ça a marché parce que je suis ici pour la deuxième fois déjà et je suis heureux car je n’ai plus besoin de revenir ici. »

Le skieur-alpiniste polonais avait déjà tenté l'aventure l'année dernière. Mais la météo et les conditions du terrain n'avaient pas permis de réaliser la descente à skis. Andrzej Bargiel et son équipe avaient considéré que les différents itinéraires étaient trop compliqués à skier voire totalement dangereux. C'est donc désormais chose faite. Ce dimanche, il est également devenu le 13ème Polonais a réussir l’ascension du K2, jugé pour être l'un des 8 000 les plus exigeants du monde. Ce sommet est d'ailleurs surnommé "la montagne sans pitié". Andrzej Bargiel n'en est pas à son coup d'essais, car il a déjà a son actif trois autres 8 000 à skis : le Manaslu (8 156 m), le Broad Peak (8 051 m) et le Shishapangma (8 013 m).