Depeche Mode "privatise" une piscine publique à Berlin

Depeche Mode "privatise" une piscine publique à Berlin
Par Vincent Coste
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le groupe britannique, dans la capitale allemande pour deux concerts, a réservé une ligne d'une piscine pour son usage propre. Une histoire qui a fait des vagues.

PUBLICITÉ

A Berlin, comme dans pratiquement toute l'Europe, il fait chaud, très chaud. Ces derniers jours, les 30° ont été ainsi dépassés à de très nombreuses reprises dans la capitale allemande. Dans ces cas-là, piquer une tête peut s’avérer une excellente solution pour se rafraîchir.

Un journaliste de la télévision publique ZDF s'est ému en se rendant dans une des piscines de Berlin, celle du complexe du stade olympique, en découvrant qu'un homme avait une ligne pour lui tout seul. Et la meilleure selon lui. De plus, cette personne aurait même réservé ce couloir plusieurs jours de suite.

L’identité de cette "personne riche" (wohlhabender Mensch selon Thomas Walde) a été dévoilée par l'agence de presse allemande DPA qui a mené sa petite enquête. Il s’avère que la fameuse ligne a été louée plusieurs jours de suite, deux heures consécutives à chaque fois, par l'encadrement du groupe britannique "Depeche Mode" qui se trouve justement à Berlin pour une série de concerts, un lundi dernier et un autre ce mercredi. La source citée par DPA, un employé de la piscine, n'a par contre pas indiqué s'il s'agissait d'un membre en particulier du groupe.

Mais ce n'est pas la révélation de "l’identité potentielle" du nageur qui a le plus fait réagir outre-Rhin. En effet, de nombreuses personnes ont été plus que stupéfaites en apprenant, toujours selon la même source, qu'il était possible de "privatiser" une partie de cet équipement public. Le coût de l'opération : 60 euros de l’heure.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Finlande, des chariots pour chiens dans un supermarché

Mort de Tina Turner : nombreux hommages à l'icône du rock

"Terroristes du sushi" : trois jeunes interpellés après des vidéos qui avaient fait scandale