DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Interdite de divorce par la Cour suprême britannique

Vous lisez:

Interdite de divorce par la Cour suprême britannique

Interdite de divorce par la Cour suprême britannique
Taille du texte Aa Aa

Une citoyenne britannique a été forcée par la justice de rester mariée jusqu'en 2020. Les juges lui avaient demandé de prouver que son mari, qui refuse le divorce, avait agi "déraisonnablement".

Tini Owens, 68 ans, affirme qu'elle n'aime plus son mari Hugh et souhaite divorcer. Mais les magistrats de la Cour suprême britannique ont décidé qu'elle ne pouvait pas le faire avant que le couple ait vécu au moins cinq années séparé. Tini et Hugh ont été mariés pendant 40 ans.

Les juges de la principale autorité juridique du pays ont refusé de contredire un précédent verdict, qui permettait à Tini Owens d'obtenir un divorce uniquement si elle parvenait à prouver que son mari avait été infidèle ou dérésonable, ce que Mme Owens a refusé de faire.

La présidente de la Cour suprême a reconnu le caractère "très troublant" de ce cas, mais renvoyé la responsabilité aux législateurs. "Notre rôle est seulement d'appliquer la loi que le Parlement nous a donnée", a-t-elle déclaré.

"Lois obscures"

Des groupes de soutien et des avocats spécialisés en droit de la famille réclament l'instauration d'un "divorce sans faute" qui pourrait être promulgué immédiatement sans que les parties n'aient à faire porter sur l'autre la responsabilité de la fin du mariage.

"Nous sommes face à une situation très injuste", a déclaré Alex Carruthers, du cabinet d'avocats Hughes Fowler Carruthers. "Les juges ont été prisonniers de lois vieilles de près de 50 ans qui n'ont plus de raison d'être. Dans le secteur juridique, il y a une volonté criante de réformer nos lois obscures sur le divorce et d'introduire le divorce sans faute", assure-t-il.

La loi britannique autorise les couples à divorcer si l'un des partenaires a agi "déraisonnablement", a commis l'adultère ou a vécu deux ans séparé, dans le cas où ils sont d'accord pour divorcer. S'ils ne le sont pas, cette durée est portée à cinq ans.

M. et Mme Owens ne vivent plus ensemble depuis 2015.