DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Chine de Marcello Lippi à nouveau en plein doute

Vous lisez:

La Chine de Marcello Lippi à nouveau en plein doute

La Chine de Marcello Lippi à nouveau en plein doute
Taille du texte Aa Aa

Même Marcello Lippi n'y peut visiblement rien: deux ans après l'arrivée à son chevet du sélectionneur italien, l'équipe de Chine de football affiche un niveau de jeu alarmant et peine à renouveler ses cadres.

Régulièrement raillée par les amateurs chinois de ballon rond, la sélection a encore connu ces derniers jours deux humiliations, après une défaite vendredi contre le Qatar (0-1) et un nul lundi face aux modestes joueurs de Bahreïn (0-0) en amical.

Le président Xi Jinping veut faire de la Chine une équipe de première classe mondiale et accueillir un jour une Coupe du monde. Mais si l'argent peut aider à réaliser ce dernier rêve, le premier objectif apparaît bien plus ardu.

Avant même la mi-temps du match raté contre le Qatar, un "haut responsable" politique aurait décroché son téléphone pour demander des comptes à un dirigeant de la sélection, assure le respecté quotidien sportif chinois Titan.

L'entraîneur de 70 ans, qui a mené l'Italie au titre de championne du monde en 2006, serait le sélectionneur national le mieux payé au monde, avec un salaire annuel estimé à 23 millions d'euros. Il devrait quitter son poste après la Coupe d'Asie des nations, qui débutera en janvier aux Emirats arabes unis.

Conscient des lacunes de son équipe, il s'était dit "surpris et préoccupé par l'état de forme" de ses joueurs avant même le récent match contre le Qatar.

- Sous pression -

"Si la Coupe d'Asie débutait la semaine prochaine, je serais inquiet. Mais nous avons encore du temps pour nous améliorer", avait assuré Marcello Lippi.

Cependant, après le nul de la Chine (75e du classement FIFA) contre Bahreïn (113e), l'Italien s'est dit "mentalement prêt à subir les critiques". Des fans surexcités ont même demandé sur les réseaux sociaux la dissolution pure et simple de la sélection.

La Chine a certes haussé son niveau de jeu après l'arrivée du coach italien en octobre 2016. Mais la tendance a été de courte durée et le bilan de Marcello Lippi reste mitigé (8 victoires, 5 nuls, 8 défaites).

La sélection nationale n'a pas réussi à se qualifier pour le Mondial-2018. Mais Lippi, arrivé alors que la situation était déjà quasi-désespérée, avait alors bénéficié d'une relative clémence. Après les récents mauvais résultats, l'entraîneur est désormais pour la première fois véritablement sous pression.

Son grand problème: une attaque inefficace. L'Italien s'est plaint à plusieurs reprises du manque d'attaquants à sa disposition. Il pointe du doigt la préférence des clubs de Super League (1re division) pour les buteurs étrangers, une tendance qui limite le temps de jeu des joueurs chinois.

- "Maladie chronique" -

Par ailleurs, la moyenne d'âge des joueurs alignés contre le Qatar était de 30 ans, soulignant la cruelle pénurie de jeunes talents.

"L'équipe nationale est véritablement à la croisée des chemins", estime le journaliste chinois Bai Guohua, envoyé spécial à Doha, dans le quotidien "Journal du football".

L'inclusion dans l'équipe du vétéran Zheng Zhi, 38 ans, reflète selon lui la "triste réalité du ballon rond chinois". "Si des jeunes joueurs étaient vraiment capables de prendre la relève, vous pensez que Marcello Lippi ne ferait pas appel à eux ?"

Certes, sous l'impulsion du président Xi, les écoles et les terrains de football se multiplient. Mais la sélection nationale devra encore patienter plusieurs années avant de pouvoir en récolter les fruits.

Bai Guohua tacle également la différence d'attitude de l'équipe entre 2017 --où elle avait remporté une brillante victoire contre le Qatar en match de qualification pour le Mondial-2018-- et cette fois où elle a été l'ombre d'elle-même.

"On ne peut pas rejeter la faute uniquement sur le groupe bâti par Lippi. C'est une maladie chronique du football chinois."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.