DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rallye de Turquie: Tänak menace Neuville et Ogier dans la lutte pour le titre

Vous lisez:

Rallye de Turquie: Tänak menace Neuville et Ogier dans la lutte pour le titre

Rallye de Turquie: Tänak menace Neuville et Ogier dans la lutte pour le titre
Taille du texte Aa Aa

Et si Ott Tänak pouvait faire un coup ? Vainqueur en Turquie dimanche de son troisième rallye d'affilée, l'Estonien a profité des déboires des favoris Thierry Neuville et Sébastien Ogier pour se replacer dans la course au titre mondial en WRC.

A trois manches de la fin de saison, le pilote Toyota a pris la deuxième place du classement des pilotes, avec dix points d'avance sur le Français, qui était son leader chez M-Sport l'an dernier, et 13 de retard sur le Belge.

Pourtant, sa Toyota semblait en difficulté sur les piégeuses routes turques lors de la première journée, vendredi, mais Tänak, vainqueur des deux derniers rallyes en Finlande et en Allemagne, a fait partie des rares pilotes épargnés par le sort ce week-end.

"Vendredi, nous pensions qu'être cinquième ou sixième serait déjà très bien", a commenté l'homme fort du moment. "Mais il ne s'agissait pas d'être le plus rapide mais le plus malin et je suis parvenu au bout sans avoir de problème."

"Le Championnat devient intéressant, il va falloir continuer de pousser", a poursuivi celui qui ne confessait pas encore, avant cette épreuve, de vues sur le titre.

Ogier, 10e, et Neuville, 16e, n'ont inscrit que cinq points chacun, grâce à la Power Stage qu'ils ont dominée, à l'issue d'un week-end à oublier.

A lutte en tête samedi matin avec seulement 3/10 de seconde pour les séparer, aucun des deux n'est parvenu à boucler la journée. Ont-ils été trop gourmands ?

Le pilote Hyundai a cassé une suspension pendant la première spéciale du jour (ES8). Ogier a connu le même sort dans la suivante mais, contrairement à son meilleur ennemi, ses réparations de fortune lui ont permis de prendre in extremis le départ de l'ES10, avant une sortie de route dans l'ES11 qui mettait fin à sa journée.

Dimanche, ils sont repartis en vertu de la règle du Rallye 2, qui permet aux pilotes ayant abandonné de reprendre le départ le lendemain après avoir écopé d'une pénalité en temps pour chaque spéciale manquée, et se sont partagé les victoires dans les quatre ES restant au programme (2-2).

- "Beaucoup de choses peuvent se passer" -

"Ce week-end ne s'est pas du tout déroulé comme nous le voulions mais, avec trois rallyes encore à disputer, beaucoup de choses peuvent se passer", veut croire Ogier.

"Nous méritions de gagner", a pour sa part estimé Neuville. "Nous étions en tête et de loin les plus rapides mais un petit problème nous a stoppés."

Le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota) et le Néo-Zélandais Hayden Paddon (Hyundai), sur le podium pour la première fois cette saison, terminent 2e et 3e d'un rallye au cours duquel les incidents se sont multipliés.

La journée de samedi a notamment été marquée par l'incendie spectaculaire de la Citroën de l'Irlandais Craig Breen et de son copilote britannique Scott Martin, qui sont indemnes.

Autre conséquence de cette épreuve impitoyable, Toyota prend à Hyundai pour cinq points la première place au classement des constructeurs.

C'était la première fois que le Rallye de Turquie, qui n'avait pas figuré au programme du WRC depuis 2010, faisait escale dans la région de Marmaris (sud-ouest).

Les pilotes, qui n'ont découvert le terrain que lors des reconnaissances, craignaient la casse à cause des innombrables cailloux qui le jonchent. Ils ne s'étaient pas trompés.

Le Championnat reprend avec un autre morceau de bravoure dans les forêts du pays de Galles, le Rallye de Grande-Bretagne du 4 au 7 octobre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.