DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Laver Cup: Federer and co veulent garder leur cher week-end

Vous lisez:

Laver Cup: Federer and co veulent garder leur cher week-end

Laver Cup: Federer and co veulent garder leur cher week-end
Taille du texte Aa Aa

La Laver Cup, victime de son succès? Un an après une première qui avait agréablement surpris même les plus sceptiques, l'épreuve créée par Roger Federer opposant l'Europe au reste du monde, dont la 2e édition débute vendredi, a donné des idées à d'autres et pourrait peiner à garder sa place dans un calendrier surchargé.

A Chicago pendant trois jours, la Laver Cup de tennis va réunir du beau monde, même si Rafael Nadal et Juan Martin del Potro ont déclaré forfait, et offrir au public d'improbables associations.

Federer, le grand ordonnateur de cette épreuve, devrait ainsi jouer en double avec son grand rival Novak Djokovic, tandis que l'enfant terrible du tennis australien Nick Kyrgios aura pour capitaine le temps d'un week-end un autre joueur au tempérament (autrefois) volcanique, John McEnroe.

Le tout est disputé sur un court en ciment noir, avec un format de compétition original (trois simples et un double par jour au meilleur des trois sets, avec un 3e "set" se jouant en dix points), sans oublier des primes d'engagement rondelettes et tenues secrètes.

Pour Federer, la Laver Cup, qui célèbre le légendaire joueur australien Rod Laver, permet de briser la monotonie du circuit ATP.

"J'aime l'idée qu'on puisse être rivaux toute la saison et qu'on soit associés le temps d'un week-end très excitant", a expliqué le joueur aux vingt titres du Grand Chelem.

Absent de la première édition, organisée à Prague, Djokovic ne voulait pas manquer cette année ce rendez-vous: "J'avais regardé l'épreuve à la TV l'an dernier, j'avais aimé l'esprit d'équipe, c'est ce qui manque un peu au tennis", a expliqué le Serbe, vainqueur début septembre de l'US Open.

- Federer n'est pas inquiet -

Avec six des dix meilleurs joueurs du monde (Federer, Djokovic, Alexander Zverev, Grigor Dimitrov pour l'Europe, Kevin Anderson et John Isner pour le reste du monde), la Laver Cup fait pâlir de jalousie la Coupe Davis, boudée par les cadors depuis quelque temps.

Sauf que la Coupe Davis va prendre en 2019 un coup de jeune grâce aux trois milliards de dollars promis par le joueur de football Gerard Piqué et le groupe Kosmos: dès l'année prochaine, la prestigieux saladier d'argent sera attribué après deux phases de compétition d'une semaine, la seconde sans doute en septembre.

Ce qui pourrait faire de l'ombre à la Laver Cup, comme le retour attendu en janvier 2020 de la World Team Cup, la Coupe du monde par équipes de l'ATP.

Le principal intéressé, Roger Federer, a confiance: il a déjà annoncé que l'édition 2019, selon le principe de l'alternance Europe/reste du monde, aurait lieu à Genève.

"Je ne suis plus aussi inquiet qu'avant la première édition à Prague (en 2017), tous les joueurs ont montré l'an dernier qu'ils jouaient à 100%", a assuré le maestro suisse.

L'embouteillage du calendrier ne l'inquiète pas non plus: "Ce qui est positif avec toute cette confusion, c'est que tout le monde, l'ATP, la Fédération internationale et la Laver Cup, va devoir s'asseoir à la même table et écouter ce que les autres ont à dire, les prochaines semaines devraient être intéressantes", a-t-il prévenu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.