DERNIERE MINUTE

Départ à la retraite : la grogne monte en Russie

Départ à la retraite : la grogne monte en Russie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A l'appel du parti communiste russe, plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Moscou contre l'impopulaire projet du gouvernement d'augmenter l'âge de départ à la retraite. Une réforme qui provoque une fronde inhabituelle en Russie.

Nikolai Levshitz, activiste : "Ils ont augmenté l'âge de la retraite à 65 ans mais 40 pour cent des hommes ne survivront pas jusqu'à la retraite, alors tout l'argent qu'ils ont payé à l'État, ira tout simplement dans les poches des fonctionnaires, les poches de Poutine, à ses amis ou à quelqu'un d'autre".

Selon le dernier projet du gouvernement, l'âge de départ à la retraite des femmes passerait à 60 ans et celui des hommes à 65 ans.

Face au mécontentement grandissant des Russes, Vladimir Poutine a dû récemment donner des gages, comme le rappelle cet expert de la vie politique russe.

Andrey Kolesnikov, Fondation Carnegie : "Pour le gouvernement, bien sûr, c'est un facteur de peur. Pour Poutine - je ne sais pas, parce qu'il s'agit d'une personnalité très spécifique, mais le fait que Poutine en août dernier ait décidé de parler aux gens de manière tout à fait inattendue, cela indique qu'ils ont pris cette affaire très au sérieux."

La semaine dernière une autre manifestation avait dégénéré entraînant plusieurs centaines d'arrestations.

Galina Polonskaya, euronews : "Etudiants, hommes d'affaires, retraités, presque tous les secteurs de la société russe étaient représentés lors de cette manifestations organisée par les communistes à Moscou. Tous exigent un référendum et souhaitent la démission du gouvernement. Tous estiment que le relèvement de l'âge de la retraite sera désastreux pour tous ceux qui vivent dans le pays".

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.