DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue des champions: Monaco sombre à Dortmund et poursuit sa série noire

Vous lisez:

Ligue des champions: Monaco sombre à Dortmund et poursuit sa série noire

Ligue des champions: Monaco sombre à Dortmund et poursuit sa série noire
Taille du texte Aa Aa

Que pouvait espérer le 18e de Ligue 1 contre le leader de la Bundesliga ? Monaco a perdu 3-0 mercredi à Dortmund pour la deuxième journée de Ligue des champions, poursuivant sa série noire, même si tout n'est pas à jeter dans sa prestation.

Avec sa défense à cinq, l'ASM avait pourtant fait mieux que tenir le coup jusqu'à la pause. Mais le jeune Jacob Bruun Larsen, entré à la mi-temps, a débloqué le match à la 51e minute, bien servi par Jadon Sancho, le petit prodige anglais de 18 ans qui est en train d'éclore à Dortmund.

Monaco a ensuite pris l'eau, concédant plusieurs occasions aux Allemands. A la 72e minute, Paco Alcacer a enterré les espoirs monégasques en doublant la mise, trois minutes à peine après avoir tiré sur la barre un penalty, consécutif à un fauchage de Glik sur Reus.

Le même Reus a posé le clou sur le cercueil en toute fin de match (90+2), pour permettre au Borussia de prendre la tête du groupe A, avec six points comme l'Atletico Madrid.

"Dans l'ensemble c'est mérité, a déclaré Lucien Favre à la télévision allemande, notre deuxième période était nettement meilleure que la première. Nous avons été meilleurs au pressing et dans la conquête de la balle, ça nous a donné de la confiance pour mieux jouer".

Au classement, Monaco reste donc avec zéro point après sa défaite inaugurale à domicile contre les Espagnols. Son prochain match à Bruges le 24 octobre sera déterminant pour une qualification en Ligue Europa.

- Dix-huit mois après l'attentat -

Dix-huit mois étaient passés depuis la dernière confrontation des deux équipes en Ligue des champions. Monaco avait alors éliminé Dortmund (victoires 3-2 et 3-1) dans le contexte dramatique de l'attentat contre le bus de l'équipe allemande.

"Je croyais que j'en avais fini avec cette histoire", a d'ailleurs avoué le gardien du Borussia Roman Bürki après le match, "mais dans le bus ce soir, j'ai été soulagé lorsque nous avons dépassé l'endroit" où les bombes avaient explosé.

Depuis, les deux équipes ont été profondément remaniées. Mais si l'entraîneur allemand de l'époque Thomas Tuchel a pris le chemin de Paris, son homologue Leonardo Jardim est toujours là.

Pour tenter de résister aux assauts d'un Borussia en pleine euphorie (11 buts lors de ses deux derniers matches), le technicien Portugais avait misé sur l'expérience et choisi la sécurité d'une défense à trois centraux, Raggi, Glik et Jemerson. Sidibé à droite et Henrichs à gauche occupaient les couloirs.

Durant toute la première période, Monaco n'a laissé que très peu d'espaces à Dortmund. Diego Benaglio n'a dû vraiment s'arracher qu'une seule fois, pour détourner en corner un tir de Pizczek (39e) en pivot au point de penalty.

Quelques minutes plus tard, le gardien suisse devait cependant quitter la pelouse, apparemment victime d'un problème musculaire. Danijel Subasic retrouvait sa place dans la cage.

En attaque, les joueurs de la Principauté ont tenté des choses, mais le filet tendu par Dortmund était solide. Tielemans a eu la meilleure occasion, sur un tir de loin qui a obligé Bürki à une parade spectaculaire (19e).

On a pu croire, jusqu'au but de Bruun Larsen, que ce Monaco-là avait un coup à jouer, avec Golovin, souvent inspiré dans sa distribution du jeu, Sylla qui cherchait bien la profondeur ou encore Henrichs, dont l'apport offensif à gauche a été très intéressant. Mais le football, avait dit Favre la veille, "se joue sur des détails". Et les détails étaient mercredi encore défavorables à Monaco.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.