DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Macron-Collomb : le chef de l'Etat français finit par accepter la démission de son n°2

Vous lisez :

Macron-Collomb : le chef de l'Etat français finit par accepter la démission de son n°2

Emmanuel Macron et Gérard Collomb
Taille du texte Aa Aa

C'est une crise politique que traverse la France, n'en déplaise aux "Marcheurs".

Emmanuel Macron a perdu son bras de fer avec son ministre de l'Intérieur. Le président a fini par accepter la démission de Gérard Collomb cette nuit. Après le numéro 3 du gouvernement il y a cinq semaines, c'est donc au tour du numéro 2 de quitter le navire. Le conseil des ministres se fera sans lui, alors qu'hier soir, Gérard Collomb assurait rester en poste jusqu'à ce qu'on lui trouve un remplaçant. Il est prévu que le Premier ministre Edouard Philippe assure l'intérim du premier policier de France.

Soutien de la première heure du jeune Emmanuel Macron, Gérard Collomb avait dû présenter sa démission à deux reprises au chef de l'Etat, arguant qu'il voulait reprendre la direction de la ville de Lyon, qu'il a dirigé pendant 16 ans avant de devenir ministre en 2017.

Il s'avère que les tensions entre Emmanuel Macron et Gérard Collomb n'ont cessé de s'intensifier depuis l'affaire Benalla en juillet. Début septembre, le ministre avait surpris en pointant "le manque d'humilité de l'exécutif". Il avait ensuite annoncé son départ du gouvernement programmé d'abord pour le printemps 2019. Avant que les choses ne s'accélèrent brusquement et conduisent à une rupture irrémédiable.

Quel successeur ?

La nomination provisoire d'Edouard Philippe à l'Intérieur souligne le manque de réservoir et la difficulté pour l'exécutif de trouver un remplaçant à Gérard Collomb à ce poste stratégique.

Le ministre du Budget Gérald Darmanin, le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux ou encore l'ancien patron de la police nationale Frédéric Péchenard sont cités comme successeurs potentiels.

Des six principaux ministres dans l'ordre protocolaire en place au début du mandat d'Emmanuel Macron, il ne reste aujourd'hui plus que Jean-Yves Le Drian, aux Affaires étrangères, dont le nom circule également pour prendre le relais de Collomb.