DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inde: fronde locale avant l'inauguration de la plus haute statue du monde

Vous lisez :

Inde: fronde locale avant l'inauguration de la plus haute statue du monde

Inde: fronde locale avant l'inauguration de la plus haute statue du monde
Taille du texte Aa Aa

L'inauguration en Inde de la plus haute statue du monde, prévue mercredi par le Premier ministre Narendra Modi, fait face à une fronde locale qui dénonce le caractère dispendieux et l'impact sur l'environnement de l'édifice.

La "Statue de l'Unité", en l'honneur de l'un des personnages-clés de l'indépendance et symbole des nationalistes hindous, Sardar Vallabhbhai Patel, culmine à 182 mètres de haut au barrage Sardar Sarovar dans l'État du Gujarat (ouest) et doit être officiellement inaugurée cette semaine.

gi

Mais les communautés tribales locales réclament des compensations pour les dommages causés à l'environnement par ce projet à 29,9 milliards de roupies (358 millions d'euros) et menacent de perturber l'inauguration par des manifestations.

Des posters de Narendra Modi, qui est originaire du Gujarat et l'a longtemps dirigé, et du chef du gouvernement local Vijay Rupani ont été déchirés ou vandalisés ce week-end.

Les chefs de 22 villages alentours ont également écrit au Premier ministre pour lui demander ne pas participer à l'inauguration de l'édifice géant.

"Le 31 octobre vous n'êtes pas le bienvenu ici. Si vous venez ici en invité non souhaité, nous ne vous accueillerons pas", déclarent-ils dans une lettre ouverte envoyée à l'administration locale.

"Vous et vos entreprises ont non seulement détruit les ressources naturelles, mais les exploitez ouvertement et honteusement pour les affaires", ajoutent-ils.

Ils estiment que la statue et le barrage voisin ont "détruit" la rivière Narmada, cinquième plus long fleuve d'Inde, alors que les locaux n'ont même pas assez d'écoles, d'hôpitaux et d'eau potable.

"Si Sardar Patel était en vie aujourd'hui, il n'aurait jamais accepté que soit construite une statue à un tel coût", a déclaré Amarsinh Chaudhary, un responsable local.

"Cela répond à des objectifs politiques alors que les groupes tribaux au Gujarat souffrent toujours et sont privés des produits indispensables à l'homme", a-t-il ajouté.

En proie à un accès de nationalisme et de gigantisme, l'Inde, aux mains des nationalistes hindous, s'est lancée dans deux projets de statues titanesques. Outre la "Statue de l'Unité", une autre structure prévue pour 2021 dans la baie de Bombay commémorera le roi-guerrier hindou Chhatrapati Shivaji.

Le taille de ces statues et le choix des personnages qu'elles représentent - deux figures historiques célébrées par les nationalistes hindous - ne sont pas anodins, alors que l'Inde entre en campagne électorale en vue des élections législatives de l'année prochaine.

Narendra Modi a estimé que la statue de Patel, premier ministre de l'Intérieur de l'Inde post-coloniale qui a négocié le ralliement d'États princiers à la jeune nation, attirera des "hordes" de touristes.

Ses détracteurs pointent cependant du doigt l'isolement du lieu - la grande ville la plus proche, Vadodara, se trouve à 100 kilomètres - l'absence de trains et d'hôtels dans cette région reculée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.