DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2026: l'avenir de la candidature de Calgary suspendu à un vote

Vous lisez :

JO-2026: l'avenir de la candidature de Calgary suspendu à un vote

Taille du texte Aa Aa

L'avenir de la candidature de Calgary aux JO d'hiver 2026 se joue mercredi lors d'un vote crucial du conseil municipal de la ville, après un ultime bras de fer avec Ottawa sur la répartition des coûts et plusieurs rebondissements.

Mardi en fin d'après-midi, la candidature de Calgary, en lice avec Milan et Stockholm, semblait compromise: le comité municipal chargé du dossier, estimant que les propositions de financement du gouvernement fédéral n'étaient pas satisfaisantes, a déposé une motion appelant la ville à renoncer à son rêve olympique.

Le conseil municipal était appelé à se prononcer sur cette motion mercredi matin heure locale, à partir de 15h30 GMT, moins de deux semaines avant le référendum populaire prévu le 13 novembre.

Mais dans la nuit de mardi à mercredi, après d'ultimes tractations en coulisses, nouveau rebondissement: un accord in extremis a été trouvé entre le gouvernement canadien et la province de l'Alberta, a confirmé à l'AFP une source gouvernementale canadienne demandant l'anonymat.

Ottawa et l'Alberta se sont mis d'accord pour financer l'essentiel des coûts publics, revus à la baisse et estimés désormais à environ 2,875 milliards de dollars canadiens (1,9 milliard d'euros), selon le texte de l'accord obtenu par l'AFP. Le gouvernement fédéral s'est engagé à verser la moitié de cette somme et la province de l'Alberta 700 millions.

"Maintenant qu'il y a un accord entre le fédéral et le provincial, le conseil municipal de Calgary va pouvoir voter ce matin sur le fait de consulter la population ou non" et l'opportunité de maintenir la candidature de Calgary aux JO, a dit ce responsable. "C'est à Calgary de décider maintenant", a-t-il résumé.

Si le conseil municipal approuve cet accord, il sauvera provisoirement la candidature de la ville, qui a prévu de consulter sa population sur la question lors d'un référendum le 13 novembre prochain.

L'auteur de la motion appelant à jeter l'éponge, le conseiller municipal Evan Wooley, s'est toutefois montré réservé sur l'accord annoncé dans la nuit.

"Je suis préoccupé parce que nous avons des chiffres qui évoluent et très, très peu de temps pour que les Calgariens puissent prendre une décision éclairée" lors du référendum du 13 novembre, a-t-il déclaré sur la chaîne CBC.

Le maire de la ville Naheed Nenshi avait créé la surprise le week-end dernier en écrivant au Premier ministre Justin Trudeau pour lui demander de "trouver un accord d'ici lundi" sur le partage des coûts entre Ottawa, la province et la ville, faute de quoi il retirerait sa candidature.

La querelle a éclaté quand, vendredi soir, le gouvernement fédéral a annoncé qu'il était prêt à contribuer à hauteur de 1,75 milliard de dollars canadiens à l'organisation des Jeux (en tenant compte de l'inflation d'ici à 2026), mais à la condition que l'Alberta et Calgary investissent au total le même montant.

Calgary avait organisé les JO d'hiver de 1988 et dispose donc déjà d'infrastructures olympiques, mais des travaux supplémentaires restent nécessaires. Ils sont estimés à plus de cinq milliards de dollars canadiens (3,3 milliards d'euros), dont plus de la moitié de fonds publics.

La ville hôte des Jeux olympiques d'hiver 2026 sera désignée en juin 2019 à Lausanne, siège du Comité international olympique. Trois candidatures sont encore en compétition: Calgary, Milan/Cortina d'Ampezzo (Italie) et Stockholm.

Plusieurs villes un temps intéressées ont finalement renoncé, faute de soutien populaire, comme Sion (Suisse) et Schladming/Graz (Autriche).

Un vote négatif de Calgary, mercredi ou lors du référendum du 13 novembre s'il est maintenu, réduirait le choix du CIO confronté à une raréfaction des candidatures pour les JO d'hiver alors que les énormes dépenses pour l'organisation des JO de Sotchi en 2014 ont refroidi les ambitions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.