DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Centenaire 14-18 : Guignol repart en guerre dans sa ville de Lyon

Vous lisez :

Centenaire 14-18 : Guignol repart en guerre dans sa ville de Lyon

Centenaire 14-18 : Guignol repart en guerre dans sa ville de Lyon
Taille du texte Aa Aa

Guignol a beau avoir 210 ans cette année, il est toujours vaillant ! La célébrissime et très populaire marionnette, née dans la ville française de Lyon, a décidé de repartir en guerre pour commémorer le centenaire de 1914-1918. Elle joue le rôle principal, évidemment, dans un spectacle qu'on peut voir au théâtre lyonnais "Le Guignol".

Aux côtés de son éternel compagnon Gnafron, Guignol fait revivre à son public les dernières heures de la terrifiante Première Guerre mondiale, avant que ne soit enfin signé l'Armistice du 11 novembre 1918. Le personnage, râleur comme tout bon Français, et qui n'a pas sa langue dans la poche, n'hésite pas à attaquer les généraux qui ont envoyé des milliers de petits soldats à la boucherie.

D'autres thèmes sont également évoqués, comme le courage des femmes qui ont dû prendre la relève des hommes dans les champs et les usines tout au long du conflit. Mais Guignol et Gnafron ne ratent pas une occasion non plus de faire rigoler les spectateurs, notamment les enfants, aux dépens des autorités politiques et militaires de l'époque.

A cette occasion, Euronews a réussi l'exploit d'interviewer Guignol en personne :

Guignol réconfortait les Poilus sur le front

Au cours de la Grande Guerre, la marionnette lyonnaise s'adressait avant tout aux adultes, aux civils inquiets, aux épouses éplorées... Elle se rendait aussi sur le front afin de divertir un peu les Poilus, dans les hôpitaux pour tenter de redonner le moral aux blessés. Les soldats organisaient même parfois leurs propres petits spectacles pour oublier leurs malheurs.

Guignol avait aussi participé à une campagne dans le Rhône (affiche ci-dessous) pour demander à la population de donner ses bijoux ou objets en or : il s'agissait d'aider au financement de la guerre, de plus en plus coûteuse.

En plein conflit, Guignol est toutefois sorti de son rôle d'amuseur bienveillant en faisant clairement de la propagande. A Paris, des spectacles étaient montés pour défendre la patrie. La marionnette, déguisée en Poilu, se déchaînait contre l'ennemi, le "Boche" comme on surnommait le soldat allemand à l'époque. Des affiches et des cartes postales belliqueuses, représentant Guignol au front, étaient également imprimées, distribuées ou placardées.

Entretiens avec le metteur en scène et les comédiens :

Réalisé avec Rafael Cereceda et Franck Simon